Philosophie: Dissertations Commentaires Français: Commentaires

La Bruyère, Les Caractères - Arrias

Dernière mise à jour : 29/04/2021
Proposé par: objectifbac (élève)

Description du corrigé: Commentaire en deux parties:
I. Le personnage, une caricature,
Le jugement de l'auteur en filigrane

Texte étudié:

Arrias a tout lu, a tout vu, il veut le persuader ainsi; c'est un homme universel, et il se donne pour tel : Il aime mieux mentir que de se taire ou de paraître ignorer quelque chose. On parle, à la table d'un grand, d'une cour du Nord : il prend la parole, et l'ôte à ceux qui allaient dire ce qu'ils en savent ; il s'oriente dans cette région lointaine comme s'il en était originaire ; il discourt des mœurs de cette cour, des femmes du pays, de ses lois et de ses coutumes : il récite des historiettes qui y sont arrivées ; il les trouve plaisantes, et il en rit le premier jusqu'à éclater. Quelqu'un se hasarde de le contredire, et lui prouve nettement qu'il dit des choses qui ne sont pas vraies. Arrias ne se trouble point, prend feu au contraire contre l'interrupteur. « je n'avance, lui dit-il, je ne raconte rien que je ne sache d'original : je l'ai appris de Sethon, ambassadeur de France dans cette cour, revenu à Paris depuis quelques jours, que je connais familièrement, que j'ai fort interrogé, et qui ne m'a caché aucune circonstance. » Il reprenait le fil de sa narration avec plus de confiance qu'il ne l'avait commencée, lorsque l'un des conviés lui dit : «C'est Sethon à qui vous parlez, lui-même, et qui arrive de son ambassade.»

La Bruyère, Les Caractères - Arrias

Introduction

La Bruyère est un écrivain classique, qui a pris le parti des Anciens contre les Modernes. Son œuvre majeure est Caractères, où il critique son époque et les genres humains, puisqu'il les présente tous dotés d'un défaut. Son texte est un portrait caricatural, qui s'achève par une anecdote, caricature du bavard frimeur, mais qui est aussi une distraction pour le lecteur par sa chute.

I. Le personnage, une caricature

A. Son omniprésence et son égocentrisme

L'auteur met l'accent sur le bavardage du personnage qui n'intéresse que lui : il monopolise la conversation. Au niveau du champ lexical de la parole, tous les verbes sont différents. Arrias ne se répète jamais, il fait preuve d'une variété de discours, qui traduit son don pour parler, même sur une conversation de bas niveau.

Anaphore du « il »: qui est progressivement remplacé par « je », qui traduit le côté imbu de lui-même du personnage, avec une description puis une narration. Il minimise les autres: « se hasarde». Arrias est égocentriste, il désigne les autres de manière vague « on » « quelqu'un ». Le personnage ne connaît pas ses convives, il ne porte aucune attention aux interlocuteurs.

Le texte présente d'abord un style indirect, puis un style direct. Ceci permet à l'auteur d'amener la chute de l'histoire, et de montrer qu'aucun dialogue n'est possible avec Arrias.

B. Un mythomane et un frimeur

Arrias est un mythomane culturel « aime mieux mentir que de se taire ». On peut dire que le personnage frime jusqu'au bout, arrivant même à inventer pour combler ses lacunes de connaissances.

Le personnage est aussi un mythomane social. Il veut étaler ses (fausses) relations, c'est un snob. « familièrement »: il est plus haut placé que l'ambassadeur, puisque ceux-ci ne peuvent parler de leur métiers qu'à leurs supérieurs car ils sont tenus par le secret professionnel. Il se vante d'un pouvoir qu'il ne possède pas, il se prend pour quelqu'un qu'il n'est pas.

Il est prétentieux: « il reprend avec plus de confiance » « Arrias ne se trouble point ». Arrias est trop sûr de lui: « comme s'il en était originaire » Il laisse entendre qu'il a fait des choses rares. C'est la caricature du frimeur qui ne peut plus s'arrêter.

B. Un mauvais convive

Arrias est un mauvais convive:
- Il rit de ses propres plaisanteries, ce qui ne présente aucun intérêt pour les autres.
- C'est un personnage coléreux « feu contre quelqu'un » = devient rouge, référence chromatique.
- Il est enfin imprudent. Il dit CE qu'il ne faut pas dire : le nom de l'ambassadeur

II. Le jugement de l'auteur en filigrane

A. L'antiportrait de l'honnête homme

Le type humain est poussé à l'extrême. « tout lu, tout vu… ». Ces hyperboles montrent que l'auteur se moque.

L'énumération: Le rythme est quartenaire (4 sujets) et au pluriel. Arrias est en antithèse avec les autres.
Les mots sont antithétiques deux à deux :
« hasarde/ne se trouble point »
« prouve nettement/ne sache original »
« des choses qui ne sont vraies/caché aucune circonstance »

C'est une sorte de duel entre lui et les autres. La parataxe (aucun lien entre les phrases) nous fait expérimenter par son style plat la fatigue provoquée chez les convives par Arrias. C'est un discours pénible, ennuyeux…

Il s'agit d'un antiportrait de l'honnête homme. Tous les défauts qui ne sont pas acceptés à l'époque sont indiqués. Le personnage est asocial. Aussi l'usage du présent laisse présager que Arrias fait la même chose partout où il passe.

B. Le jugement de l'auteur

L'auteur suggère que le personnage n'est pas ce qu'il voudrait être.
« Arrias a tout vu, tout lu, il veut le persuader ainsi »
C'est une asyndète, la 2e partie démolit la première.
« universel…pour tel » Il semble exister une grande marge entre l'opinion de La Bruyère et celle d'Arrias.

L'auteur fait un jeu de mot: « sethon: sait-on ? ». Cela tourne en ridicule Arrias car c'est le seul mot qu'il ne connaît pas.

Le passage de la narration à l'anecdote: d'abord un portrait au présent au style direct, puis lorsque les guillemets se ferment, on observe de l'imparfait et du plus-que-parfait. On passe de la narration généraliste à l'anecdote ponctuelle. C'est une conséquence de l'attitude d'Arrias, c'est une induction morale.

Les interventions de l'auteur ne sont pas visibles car il ne commente rien. Les réactions d'Arrias, de Sethon, le fou rire des convives sont du domaine de notre imagination, ainsi que la suite de l'histoire. La Bruyère est un bon conteur, il se retire avant de rire, contrairement à Arrias.

Conclusion

Le portrait est général, intemporel. Il suppose une morale, un peu comme La Fontaine qui veut instruire son public, conformément aux règles classiques : plaire et toucher. Le texte n'est pas médisant, on ne se moque pas de quelqu'un qu'on connaît, contrairement aux portraits que fait Célimène dans le Misanthrope de Molière.

Il y a un côté pédagogique, l'auteur châtie les mœurs en faisant rire, il ne faut pas devenir comme Arrias. Le texte est intéressant sur le plan des mœurs historiques : l'honnête homme doit maîtriser un art comme critère de sélection : celui de la conversation.

Ce corrigé vous a aidé ? Aidez-nous à nous améliorer !