L'Etat est-il l'ennemi de la liberté ?

Corrigé entièrement rédigé en trois parties.

Dernière mise à jour : 09/01/2022 • Proposé par: evab (élève)

Le premier article de la Déclaration universelle des droits de l’homme affirme que l’homme est libre par nature. Ce serait là notre droit le plus fondamental. Cependant, on peut se demander si en vivant dans une société gouvernée par un État, l’homme ne perd pas certaines de ses libertés fondamentales, qu’il cède à l’État au profit d’autres bienfaits comme la sécurité ou la tranquillité. D’où la question : l’État est-il l’ennemi de la liberté ? L’État est une notion politique, c’est l’institution qui rassemble les pouvoirs, l’instance qui gouverne la société. L’ennemi c’est celui qui est hostile, l’adversaire. La liberté vient du latin « libertas » et désigne la condition d’homme libre par rapport à celle d’esclave. Être libre ce serait donc agir conformément à sa volonté.

En théorie, l’État est créé pour permettre aux hommes de vivre tous ensemble, et doit donc les protéger, assurer leur sécurité. Cela inclut donc la protection de nos libertés individuelles. Très clairement, les États totalitaires ou injustes, ceux qui ne visent pas le bien de leurs citoyens sont des ennemis de la liberté, qui est un danger pour eux. Mais pour les États qui ont à cœur la sécurité de leurs citoyens, la question est plus compliquée : en effet en pratique pour protéger ses citoyens l’État réduit leurs libertés. On peut se demander si les notions d’État et de liberté ne s’excluent pas complètement. Nous nous concentrerons ici sur les États qui ont pour fin le bien des hommes.

Nous verrons tout d’abord comment l’État est créé pour protéger les hommes, et leur liberté, puis comment en essayant d’arriver à sa fin il finit par faire disparaître la liberté, et enfin comment en nous protégeant l’État crée la liberté civile.

I. L'État protège les hommes et leur liberté

a) L’État : une protection absolument nécessaire pour vivre en paix

Hobbes pense un état de nature fictif dans lequel il imagine que les êtres humains seront dangereux et violents les uns envers les autres ; c’est ce qu’il résume en empruntant ce vers du poète Plaute « l’homme est un loup pour l’homme ». Sans État civil l’homme est misérable, condamné à toujours être sur ses gardes. De plus, il laisse libre cours à toutes ses pulsions agressives et destructrices, l’état de nature est un état de guerre perpétuelle. L’État civil apparaît ainsi comme la condition de la paix, de la vie ensemble sans violence donc de la sécurité pour l’homme. L’état est une constr

Accédez à la suite de ce contenu
Accèdez aux contenus premium de 20aubac gratuitement en proposant votre propre corrigé, ou en obtenant un accès payant.