Peut-on penser sans préjugés ?

Dissertation entièrement retranscrite, précédée d'une analyse du sujet par le professeur et de références à utiliser. Note obtenue par l'élève: 17.

Dernière mise à jour : 25/08/2021 • Proposé par: phiphibrindacier (élève) •

Analyse du sujet

On présente communément le préjugé comme ce dont il faut se débarrasser, comme ce qu'il faut rejeter. En effet, le préjugé n'est qu'un avis, une opinion, un jugement qui est non-fondé. Vous pouvez partir d'expressions simples : par exemple quand on dit d'une personne qu'elle est pleine de préjugés, on signifie qu'elle ne pense pas vraiment, qu'elle n'a que des opinions, qu'elle juge avant de savoir. Tel est l'étymologie du terme préjugé.

Vous pouvez vous reporter pour cette dissertation:
- aux analyses de Descartes au début de la seconde partie du Discours de la méthode lorsqu'il montre que bon nombre de nos connaissances relèvent de préjugés.
- à la critique que Lévi-Strauss fait de l'ethnocentrisme à propos de la barbarie. Penser sans préjuger consisterait alors à penser en mettant entre parenthèse nos croyances, nos habitudes, nos certitudes.
- à la figure de Socrate qui commence par affirmer qu'il ne sait qu'une chose c'est qu'il ne sait rien. Vous pouvez alors montrer en quoi penser sans préjuger consiste à faire un usage autonome de sa raison.
- aux analyses de Kant dans « Qu'est-ce que les lumières ? » et vous reporter au commentaire de la citation « Sapere aude ».
- aux analyses de Bachelard, philosophe français dans son ouvrage La formation de l'esprit scientifique.

Si le préjugé est à rejeter parce qu'il est un obstacle à la pensée, est-il possible de le faire, en d'autres termes, peut-on penser sans préjuger ? En effet, on peut distinguer le fait qu'il serait bon de penser sans préjugé du fait que cela soit possible. Or, si on affirme qu'il est impossible de penser sans préjuger, on risque d'affirmer également qu'il est impossible de bien penser. Ainsi, se demander s'il est possible de penser sans préjugé c'est se demander s'il est possible de bien penser. Néanmoins, vous pouvez remarquer que bien souvent, lorsque nous jugeons, nous sommes prisonniers d'une culture, d'une manière de voir le monde. En même temps, si on nous montre qu'il est nécessaire pour bien penser de penser sans préjuger, ceci ne représente-t-il pas une véritable difficulté, un effort sans cesse à renouveler ? Ne risque-t-on pas à tout moment de retomber dans le préjugé sans s'en rendre compte ?

Introduction

Dans le Discours de la méthode, Descartes nous dit " je pense donc je suis", il montre ainsi que le sujet est le principe sur lequel repose l'ensemble de la pensée rationnelle. Au contraire quand un sujet ne pense pas il répète des opinions, des avis, des préjugés. La pensée suppose donc l'activité libre d'un sujet, mais en affirmant que le sujet est principe, que cette pensée suppose nécessairement un sujet, on risque peut-être d'oublier qu'il peut y avoir une activité de l'esprit qui dépasse le sujet. En effet, il y a des pensées qui échappent au sujet, selon Marx, ces pensées sont la manifestation de rapports sociaux qui échappent à la conscience des individus. Dès lors, si toute pensée ne suppose pas un sujet, l'idée selon laquelle la pensée serait libre ne devrait - elle pas être remise en question?

Ces préjugés ou opinions éloignent donc l'homme de la vérité et de la raison en plus de l'emprisonner dans une démarche sans réflexion intérieure. Cependant, est-il possible de penser sans préjugés et ainsi de se libérer des influences extérieures? Le préjugé est une opinion toute faite, un avis qui manque de fondement. Ainsi, on critique celui qui n'a que des préjugés, qui juge sans savoir. Tel est le premier sens du mot pré-juger qui signifie "juger avant". Le préjugé relève donc d'un jugement pris dans un état d'ignorance, on pourrait donc penser que la connaissance de la vérité et la conscience en ces préjugés devraient les éviter. Mais, ne devrions-nous pas nous interroger sur ce qui fait la solidité du préjugé. Chaque homme ne se rend pas compte que sa conscience n'est qu'illusion et sans cette prise de conscience la remise en cause des préjugés devient, dès lors, impossible. La philosophie étant basée sur la lutte des préjugés, la culture de l'esprit critique, le désir de la sagesse et de la vérité, la non résolution de notre problème ne risque t-il pas de remettre en cause le principe même de philosophie ?

I. Nous avons des préjugés sans même nous en rendre compte

a) Nous avons naturellement des préjugés quand nous raisonnons

Les préjugés sont déterminés par notre milieu social, notre âge, notre sexe, notre entourage, notre temps , notre environnement, nos origines, notre apparence physique... Pour supprimer ces préjugés il faut cesser de rechercher la vérité et ainsi permettre à l'ignorance de disparaître au profit de la raison. Par conséquent, puisque le préjugé relève d'une absence de réflexion, on peut penser que la connaissance de la vérité devrait éviter les préjugés. Or, l'outil qui permet l'exaltation de la vérité est la preuve. La preuve est ce qui conduit de façon indubitable et universellement convaincante l'esprit à admettre la vérité d'une proposition ou d'une idée. Cependant, certains dialogues ne parviennent pas à aboutir comme le face-à-face entre Socrate et Calliclès, Socrate ne parvient pas à amener Calliclès à penser et à dialoguer malgré les arguments qu'il avance.

b) Nous avons des préjugés, même en présence de preuves scientifiques

On peut donc dire que l'homme se préoccupe peu de la vérité. En effet, Darwin est un célèbre scientifique, connu aujourd'hui pour sa théorie sur l'évolution des espèces. Cependant , les choses n'étaient pas aussi simple qu'à notre époque pour la science. Les Américains chrétiens fondamentalistes appelés créationnistes (inspiré de la Bible) pensent que Dieu est à l'origine de la création du monde et son évolution. Pour cette raison, ils se mettent en guerre contre le darwinisme, même si Darwin ne fait que démontrer un fait exact. Ces Américains se préoccupaient peu en réalité de la valeur scientifique de son discours, ce qui importait c'étaient les enjeux qui étaient insupportables pour l'Eglise. Les préjugés ont donc plus de force que la vérité et on peut ainsi se demander si ce n'est pas parce que les préjugés répondent à nos désirs que parfois la vérité ne suffit pas. Par conséquent, nous serions prisonniers de nos préjugés puisqu'ils sont l'essence de nos désirs.

II. Connaître et comprendre nos préjugés peut nous permettre de mieux penser

a) Nous pouvons prendre conscience de notre inconscient, et donc de nos préjugés

Pouvons-nous affirmer sûrement que nous connaissons tous nos préjugés? Chacun croit avoir une pensée personnelle, mais il n'en est rien puisque chacun répète seulement la pensée des autres. Ceci peut s'expliquer par le fait que nous intériorisons ces opinions à un âge où nous n'avons pas encore d'esprit critique et où les connaissances et expériences sont trop peu nombreuses pour nourrir cet esprit critique. Les préjugés relèvent donc de notre inconscient ( Cf Freud). Ainsi, comment lutter contre quelque chose que l'on ignore.
De plus, la condition humaine est définie par le désir, et c'est à cause de leurs désirs que les hommes ne se préoccupent pas de la fiabilité de telle ou telle idée (Cf Darwin vu précédemment). Par conséquent, l'homme est maîtrisé par ses désirs (débordant sur la raison) ce qui empêche toute prise de conscience de soi même et comme certains préjugés relèvent de notre inconscient on ne peut pas en prendre conscience non plus. La condition humaine destinerait donc l'homme à avoir l'illusion de penser par lui-même puisqu'il ne peut par remettre en cause sa façon de penser (il n'est pas conscient de ses préjugés).

b) Nous pouvons remettre en cause nos préjugés, voir même les utiliser pour les dépasser

Au livre XII de la République, Platon décrit le chemin que suit le prisonnier que l'on détache du fond de la caverne. En effet, le fond de la caverne figure le lieu de l'opinion, du préjugé qui rend les hommes prisonniers de ce qu'ils voient et incapables de juger véritablement. Celui que l'on détache devient alors celui qui n'est plus prisonnier de ses préjugés, il n'est plus soumis qu'à ce que ses yeux voient, mais qui est guidé par l'intelligence. Cette lutte contre les préjugés parait très douloureuse puisque l'homme vivant au fond de la caverne n'étant plus éclairé que par un feu derrière lui. Lorsqu'il sort et qu'il rencontre la lumière du soleil, il souffre énormément. Cette lutte ne concerne qu'un seul homme et non tous les hommes prisonniers. Cet homme chargé d'éclairer les autres hommes (même au risque de sa vie Cf Mort de Socrate) est le philosophe qui se préoccupe peu du monde qui l'entoure et peut par conséquent acquérir la vérité relative et lutter contre des préjugés infondés.
La lutte des préjugés serait donc permise grâce à la philosophie et à l'exercice du doute méthodique. Le doute méthodique (Descartes, Discours de la méthode) suspend provisoirement un jugement afin d'établir la vérité. Le philosophe recherche sans cesse à se rapprocher de la vérité, ce qui lui permettrait d'aboutir à une surélévation de l'âme ( Cf conscience morale chez Rousseau). Cependant ne peut-on pas dire que certains préjugés sont utiles à la réflexion de l'homme? Ils permettraient donc d'accéder au véritable savoir. Le mot préjugés ayant un connotation négative on lui préfèrera le mot "apriori". Les aprioris sont donc nécessaires au savoir et permettent à l'homme d'envisager un certain nombre de conditions préalables à la pensée.

Conclusion

Penser et préjugés peuvent paraître au départ complément contradictoire d'où la difficulté de notre sujet " peut-on penser sans préjugés". Certes, on peut penser qu'une preuve peut exalter la vérité, mais les hommes étant dominés par leurs désirs, un préjugé pourtant non fondé peut avoir plus de force qu'une preuve. Donc il serait impossible de penser sans préjugés puisque le sujet humain est dominé par ses désirs et parce qu'il n'a pas conscience de tous ses préjugés. Seulement, le sujet humain est-il capable de penser par le seul usage de sa raison ? Les préjugés (ou aprioris) seraient donc nécessaires et même utiles à toute réflexion, et préjuger serait donc préparer une réflexion.

Catégories les plus populaires