Philosophie: Dissertations Commentaires Français: Commentaires

La Fontaine, Les Fables - Les Animaux malades de la Peste

Dernière mise à jour : 29/04/2021
Proposé par: objectifbac (élève)

Description du corrigé: Commentaire en deux parties:
I. La ruse du renard,
Il. L'injustice des jugements de cour.

Texte étudié:

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom),
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés:
On n'en voyait point d'occupés
A chercher le soutien d'une mourante vie;
Nul mets n'excitait leur envie,
Ni loups ni renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie;
Les tourterelles se fuyaient:
Plus d'amour, partant plus de joie.
Le lion tint conseil, et dit: «Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux;
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents
On fait de pareils dévouements:
Ne nous flattons donc point, voyons sans indulgence
L'état de notre conscience
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons,
J'ai dévoré force moutons.
Que m'avaient-ils fait? Nulle offense;
Même il m'est arrivé quelquefois de manger
Le berger.
Je me dévouerai donc, s'il le faut: mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi:
Car on doit souhaiter, selon toute justice,
Que le plus coupable périsse.
- Sire, dit le renard, vous êtes trop bon roi;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse.
Eh bien! manger moutons, canaille, sotte espèce.
Est-ce un pêché? Non, non. Vous leur fîtes, Seigneur,
En les croquant, beaucoup d'honneur;
Et quant au berger, l'on peut dire
Qu'il était digne de tous maux,
Etant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire.»
Ainsi dit le renard; et flatteurs d'applaudir.
On n'osa trop approfondir
Du tigre, ni de l'ours, ni des autres puissances
Les moins pardonnables offenses:
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L'âne vint à son tour, et dit: «J'ai souvenance
Qu'en un pré de moines passant,
La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et, je pense,
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.»
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un loup, quelque peu clerc, prouva par sa harangue
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout le mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l'herbe d'autrui! quel crime abominable!
Rien que la mort n'était capable
D'expier son forfait: on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

La Fontaine, Les Fables - Les Animaux malades de la Peste

Avec Les Animaux malades de la peste, première fable du deuxième recueil, le livre s'ouvre sur l'évocation d'un royaume animal décimé par la peste. Le Lion, Roi des animaux, suggère un sacrifice expiatoire volontaire ( « dévouement » ) : que chacun confesse ses fautes, et qu'on sacrifie « le plus coupable » pour le salut de tous. Le Lion donne l'exemple en s'accusant, et en se disant ensuite prêt à se «dévouer» (v. 23-24).

Qu'en est-il des autres animaux ? On verra que l'intervention rusée du Renard modifie sensiblement l'enjeu de cette confession publique: après son intervention, il ne sera plus question de justice ou de sincérité, mais de flatterie et de rapports de force.

I. La ruse du renard

Si le Renard est le premier à parler, c'est qu'il a eu l'idée d'un stratagème qui va changer le sens de cette confession publique.

1. Le premier à parler

Loin de « s'accuser » de ses fautes, le Renard ne parle qu'au Roi ( " Sire, [ . . . ] vous êtes trop bon Roi », v. 34) ; mieux, en niant les fautes du Roi-Lion, il évitera de parler de ses propres fautes. La flatterie se substitue donc à la confession attendue : le Renard s'efforce de diminuer la gravité des fautes dont le Roi s'est accusé. S'agissant des moutons ( "croqués" par le Lion (v. 36 à 38), le Renard ne recourt pas à un argument rationnel (en faisant valoir que le lion est carnivore) : sa flatterie transforme la réalité en renversant les valeurs (c'est un "honneur" pour les moutons de se faire manger par le Roi, v. 38). Quant au Berger (v. 39 à 42), la ruse du Renard consiste à le rendre coupable d'une faute politique : ce Berger s'est cru le Roi de son troupeau, il a usurpé une royauté ("empire") qui n'appartient qu'au Lion. Après l'intervention du Renard, on ne regardera donc plus les fautes mais la qualité du coupable.

2. Le piège de la flatterie

C'est bien un piège qu'a construit le Renard : la cour est ainsi faite, que les courtisans ne peuvent pas ne pas "applaudir" à une flatterie (v. 43). La machine est lancée car l'intervention du Renard a ainsi instauré un ordre de parole ; ce sont les plus puissants qui parleront les premiers, sûrs que la crainte qu'ils inspirent suffira à les disculper. L'accélération du récit (v. 44 à 46) traduit la dimension mécanique de la scène, le narrateur ne nous faisant pas entendre au style direct le Tigre, I'Ours et les "autres puissances". Toutes leurs fautes ou leurs "offenses", fût-ce "les moins pardonnables", sont d'avance excusées, avec la complicité de tous ( "au dire de chacun", v. 48). On descend ainsi le long de l'échelle sociale (la "puissance" physique des animaux étant une image de leur qualité sociale), "jusqu'aux simples mâtins", c'est-à-dire jusqu'aux gros chiens de garde.

Au terme du processus, on devait logiquement arriver à celui des animaux qui ne fait peur à personne, et que nul donc n'aura intérêt à disculper. Mais l'Âne (v. 49 à 54) qui vient "à son tour" est victime moins peut-être de sa faiblesse que de sa bêtise. Il commet en effet deux erreurs : tout d'abord, il s' accuse en cherchant à se disculper par tous les moyens possibles d'une faute qu'il présente comme le résultat d'une tentation ( « [Li]a faim ,l'occasion, l'herbe tendre, et je pense/Quelque diable aussi me poussant[/i] », v. 51-52). Seul à être parfaitement sincère ( "je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net", v. 54), il n'a pas compris la mécanique des jugements à la cour, à savoir qu'il faut laisser aux autres le soin de vous disculper. Seconde erreur : en s'accusant d' avoir mangé l'herbe d'un pré de Moines, l'Âne rappelle ensuite à tous qu'il est herbivore. Il ne fait donc peur à personne. Nul ne s'y trompe : tous crient " haro sur le baudet ". Le loup (v. 56 à 59) se fait l'interprète du sentiment commun : l'Âne est la victime idéale, car il faut bien en effet que quelqu'un soit sacrifié, et c'est même la seule victime possible. On ne sacrifie donc pas "le plus coupable" (v. 33) mais bien le plus faible. Il ne sauvera peut-être pas le peuple animal de la peste, mais il sauve tous les autres animaux du sacrifice.

Il. L'injustice des jugements de cour

La moralité de la fable nous invite à juger par cette histoire de la perversion de la justice dans les « jugements de Cour ». Mais le message est plus complexe, comme est plus complexe la mécanique de la flatterie.

1. Le lion et le renard

Le Renard a-t-il pris seul l'initiative de la flatterie ? Le Lion était peut-être d'autant plus enclin à la sincérité qu'il savait d'avance que les courtisans le disculperaient. En témoigne le "nous" du vers 23, faussement ambigu : s'il semble désigner le peuple animal rassemblé (v. 21), il s'agit en fait d'un pluriel de majesté. Le Roi seul peut parler de ses fautes "sans indulgence" (v. 23), parce qu'il sait pouvoir compter sur l'indulgence des autres. Il se garde bien d'ailleurs de préciser comment sera reconnu "le plus coupable" (v. 33) : tout se passe comme si le Lion savait d'avance qu'il ne serait pas question de juger "selon toute justice". Il y a donc dans le discours du Lion comme une invitation que le Renard est le premier à comprendre : il est remarquable que celui-ci intervienne aussitôt. On notera que la moralité ne condamne d'ailleurs pas le Renard.

2. Le renard et le loup

L'intervention du Loup est plus scandaleuse que celle du Renard. Il ne parle pas pour se dispenser d'une confession comme le Renard car le Loup a déjà parlé, après le Tigre et l'Ours, et parmi les "grandes puissances" (v. 45). Sa "harangue" (v. 56 à 60) vient clore le débat : elle nous fait glisser du style indirect ( "[II] prouva [...] qu'il fallait dévouer", v. 56-57) au style indirect libre (c'est-à-dire l'effacement du verbe introducteur, ( "Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable ! ", v. 60). La transition est insensible : le vers intermédiaire (v. 58) est encore au style indirect (il dépend toujours de "il prouva" ), mais il comporte de quasi citations de style direct ( "ce pelé, ce galeux" ). La harangue traduit aussi la duplicité de l'animal (le mot "clerc", au vers 56 : " quelque peu clerc", est à prendre au sens de " savant ", mais avec une nuance péjorative). On ne sait d'ailleurs pas très bien où finit la harangue du Loup et où commencent les réactions de rassemblée (v. 59 ; v. 62). Tous les animaux sont donc finalement responsables de cette perversion de la justice.

La moralité de la fable ne dit rien du Roi ni du Renard : c'est la réunion des courtisans à la cour qui pervertit l'idée de justice et interdit la sincérité.

Ce corrigé vous a aidé ? Aidez-nous à nous améliorer !

Autres corrigés disponibles sur le même sujet