La liberté est-elle possible sans courage ?

Dissertation entièrement rédigée en trois parties :
I. Le courage est une condition de la liberté,
II. Mais le courage n'est pas la seule condition de la liberté,
III. La liberté ne serait-elle pas plutôt un idéal imaginaire qu'une question de courage ?

Dernière mise à jour : 16/03/2021 • Proposé par: cecileb (élève) •

La liberté se définit comme quelque chose où l’on peut faire ce que l’on souhaite, avec une absence totale de contrainte. La liberté existe sous différentes formes, c'est-à-dire physique ou morale. On peut aussi vouloir être libre de penser, agir ou encore d’expression. Cette liberté est souvent un but dans la vie difficile à atteindre, et par lequel on se retrouve souvent face à de nouvelles contraintes. Cela signifie que pour atteindre cette liberté les hommes doivent souvent se battre et faire de nombreux efforts. En effet, la liberté nécessite une envie particulière pour atteindre leur rêve. Cela montre que la liberté ne serait alors peut être pas accessible à tous ? En effet, si une personne ne possède pas certaines conditions nécessaires à la liberté alors il n’accédera pas à cette liberté. Si nous prenons le courage c'est-à-dire réellement avoir envie de quelque chose, serait-il une condition obligatoire à la liberté ? En effet, que l’on soit courageux ou non, rencontrerons nous des difficultés pour atteindre la liberté ? Cela expliquerait pourquoi la liberté serait alors accessible à tous ou non, c'est-à-dire si nous les hommes, sommes tous égaux face à la liberté. Nous allons donc commencer par analyser le courage face à la liberté pour vérifier si les hommes ont tous la possibilité d’être libre un jour ou si celle-ci restera quelque chose d’imaginaire.

I. Le courage est une condition de la liberté

En définissant le courage comme la volonté et l’envie de réaliser ou atteindre quelque chose, on se rend compte que le courage d’être libre se traduit par la volonté d’être libre. Cela signifie qu’une personne n’ayant pas de courage est une personne qui ne ressent pas l’envie d’être libre. L’homme n’ayant pas la volonté d’être libre ne fera donc pas d’efforts physiquement ou moralement pour quelque chose qu’il ne veut pas, qu’il ne désir pas. En effet la question de liberté ne se pose pas pour les personnes non courageuses puisque pour elle le besoin d’être libre ne se fait pas ressentir ou simplement ne les attire pas. Cependant les personnes courageuses, c'est-à-dire qui désirent être libre, ont besoin de ce courage pour se retrouver libre. On peut prendre l’exemple d’un homosexuel qui désir la liberté d’afficher sa relation au grand jour. Pour que ceci se réalise il doit avoir le courage d’en parler pour pouvoir être libre, ce qui dans la société d’aujourd’hui nécessite un grand courage. C’est en effet pour acquérir la liberté d’agir, de penser ou d’expression que l’homme à besoin de courage pour affirmer ses choix, son opinion. Effectivement, l’homme qui affirmerait son opinion pourrait atteindre la liberté. Le courage de devenir libre entrainerait une affirmation de ses choix. Une personne active pourrait accéder à la liberté. En effet, les personnes désirant être libre doivent être actives. Une personne passive qui ne fait aucun effort n’a que peu de chances d’atteindre son but. Prenons comme exemple une personne qui désir la liberté d’agir mais qui doit suivre les lois, et sous peine de prison ne doit plus marcher dans la rue, il faudra du courage et de la volonté pour dépasser cette loi. Cette personne devra en plus du courage et de sa volonté, devra en plus convaincre les autres de lui venir en aide et de l’accompagner dans ses démarches. Elle devra donc être active pour arriver à avoir sa liberté d’agir. La liberté s’acquiert donc par la volonté et l’action.

Nous venons donc de montrer que le courage est une condition de la liberté mais est-ce que le courage est la seule condition nécessaire à la liberté ? Est-il possible qu’avec le courage il n’y ait pas de liberté ?

II. Mais le courage n'est pas la seule condition de la liberté

En effet, le courage n’est pas la seule chose qui pourrait nous apporter de la liberté. Nous avons définit le courage comme la volonté de faire quelque chose et comme nous le savons nous ne pouvons posséder ou acquérir tout ce que nous désirons. En effet, ce n’est pas parce que l’on est prêt à s’investir dans quelque chose que l’on désir que nous l’obtenons sans aucunes contraintes.

De plus, si on reprend le fait que l’homme est libre lorsqu’il connait toutes les contraintes, si les contraintes sont abusives, on a besoin de les connaitre, cela ne nous rend pas libre pour autant. De plus, ce n’est pas parce qu’on a du courage que l’on est toujours libre. En effet, il est possible d’avoir beaucoup de courage mais aucune liberté. Prenons l’exemple d’un homme pendant la guerre qui veut retrouver sa liberté, il aura peut être le courage de s’enfuir, mais il se fera tuer par ses adversaires. Cet homme aura eu beau avoir du courage il n’aura pas retrouvé sa liberté et il aura mis sa vie en danger. Nous pouvons donc voir que même avec du courage, l’homme ne retrouve pas forcement sa liberté. Le courage serait en fait une condition qui ne serait pas indispensable à la liberté. En effet, la liberté serait possible avec du courage, mais le courage ne serait qu’un outil pour y accéder. La liberté serait en fait plus compliquée à atteindre qu’avec une simple envie d’être libre. Elle nécessiterait plusieurs choses en même temps pour être réalisée.

III. La liberté ne serait-elle pas plutôt un idéal imaginaire qu'une question de courage ?

Alors la liberté dépendrait de plus de choses dont l’homme n’aurait pas conscience. Cependant si l’homme lui même ne sait pas comment atteindre cette liberté, serait elle alors réellement accessible par les hommes ? Ne serait-elle pas en fait un phénomène imaginaire dont l’homme n’aurait pas conscience ?

La liberté nécessite bon nombres de choses que l’homme à des difficultés à rassembler. En effet, pour que l’homme soit réellement libre, il faudrait qu’il le soit physiquement et moralement. En général il s’imagine libre mais il ne l’est pas, il est toujours face à certaines contraintes, qu’elles soient financières, juridiques ou morales. Que l’homme soit courageux ou non, il ne se retrouve pas libre. La liberté serait en fait un but dans la vie, un idéal que l’on ne pourrait atteindre mais qui nous guiderait et nous permettrait d’avancer. La liberté ne serait elle alors pas imaginaire ? On peut prendre l’exemple d’un homme qui se veut libre d’agir. Il tuera un autre homme et effectivement sera libre mais se retrouvera en prison Cet individu sera donc libre moralement d’avoir agi comme il le souhaitait mais ne sera pas libre physiquement donc n’aura pas une liberté totale. La liberté pour l’homme non courageux serait en fait comme si elle était inexistante puisque c’est quelque chose qu’il ne désir pas, et pour laquelle il ne fera pas d’efforts. On pouvait donc dire qu’elle serait pour lui inaccessible, ou du moins volontairement inatteignable. En effet, l’homme qui connait ses limites et les barrières qui l’empêchent d’être libre. Seulement il est possible que ces limites lui permettent de faire la part des choses entre une liberté future et le présent, entre le réel et l’irréel.

Cette façon de connaitre les limites auxquelles il sera confronté lui permet de réaliser que la liberté reste un idéal et que pour l’atteindre il lui reste beaucoup d’étapes à dépasser. Il n’imagine pas forcement qu’une fois ces contraintes passées il sera confronté à toutes sortes d’autres limites. Prenons l’exemple d’une homme qui souhaite faire le tour du monde, une fois la contrainte morale de quitter sa famille dépassée, il sera confronté à des contraintes financières, puis peut être des contraintes juridiques au niveau des papiers qu’il aurait du amener, puis peut-être qu’il souffrira de la solitude. Ne serait ce qu’en imaginant toutes ces limites, l’homme à de fortes chances de repousser son voyage. Ce voyage restera un but dans sa vie, car il se dira qu’il partira un jour, mais cette liberté restera un idéal car cet homme a de fortes chances de ne jamais partir et garder ce rêve de liberté dans con esprit. Cependant, il est vrai que sans essayer, l’homme ne saura jamais s’il peut être libre ou non. La question n’est plus de savoir s’il aura le courage, la volonté d’y arriver mais de savoir s’il est prêt à affronter les contraintes auxquelles il sera confronté. On sait qu’il a peur de l’atteindre, c'est-à-dire de perdre son but, sa raison de vivre, pour se rendre compte qu’il aura suivi une chose importante dans sa vie et se retrouver sans idéal, sans rêve.

Conclusion

La liberté ne serait alors plus une question de courage mais un idéal imaginaire qui permettrait à l’homme d’avancer en gardant un but, un idéal. En effet, il serait possible d’être libre physiquement ou moralement mais serait impossible d’être les deux en même temps, d’avoir une totale liberté puisque nous l’avons montré précédemment l’homme resterait confronté a des limites prévisible ou non. La liberté serait alors possible mais pas dans son entière totalité. Le courage caractériserait, lui, une condition nécessaire à la liberté partielle. Nous dirons donc en conclusion, que sans courage, la liberté n’est pas possible. Un homme qui ne possède aucun courage, ne peut pas être libre dans sa totalité mais il se peut aussi qu’il le soit inconsciemment.