Maupassant, Mont Oriol - I, 3

Commentaire en deux parties :
I. Un moi en expansion,
II. Les affaires : un langage militaire

Dernière mise à jour : 15/09/2021 • Proposé par: bac-facile (élève) •

Texte étudié

"Ah ! vous ne comprenez pas, vous autres, comme c'est amusant, les affaires, non pas les affaires des marchands ou des commerçants, mais les grandes affaires, les nôtres ! Oui, mon cher, quand on les entend bien, cela résume tout ce qu'ont aimé les hommes, c'est en même temps la politique, la guerre, la diplomatie, tout, tout ! il faut toujours chercher, trouver, inventer, tout comprendre, tout prévoir, tout combiner, tout oser. Le grand combat, aujourd'hui, c'est avec l'argent qu'on le livre. Moi, je vois les pièces de cent sous comme de petits troupiers en culotte rouge, les pièces de vingt francs comme des lieutenants bien luisants, les billets de cent francs comme des capitaines, et ceux de mille comme des généraux. Et je me bats, sacrebleu ! je me bats du matin au soir contre tout le monde, avec tout le monde. Et c'est vivre, cela, c'est vivre largement, comme vivaient les puissants de jadis. Nous sommes les puissants d'aujourd'hui, voilà, les vrais, les seuls puissants ! Tenez, regardez ce village, ce pauvre village ! J'en ferai une ville, moi, une ville blanche, pleine de grands hôtels qui seront pleins de monde, avec des ascenseurs, des domestiques, des voitures, une foule de riches servie par une foule de pauvres ; et tout cela parce qu'il m'aura plu, un soir, de me battre avec Royat, qui est à droite, avec Châtel-Guyon, qui est à gauche, avec le Mont-Dore, La Bourboule, Châteauneuf, Saint-Nectaire, qui sont derrière nous, avec Vichy, qui est en face ! Et je réussirai, parce que je tiens le moyen, le seul moyen. Je l'ai vu tout d'un coup aussi clairement qu'un grand général voit le côté faible de l'ennemi. Il faut savoir aussi conduire les hommes, dans notre métier, et les entraîner comme les dompter. Cristi, c'est amusant de vivre quand on peut faire ces choses-là ! J'en ai maintenant pour trois ans de plaisir avec ma ville. Et puis, regardez cette chance de trouver cet ingénieur qui nous a dit des choses admirables au dîner, des choses admirables, mon cher. C'est clair comme le jour, son système. Grâce à lui, je ruine l'ancienne société sans avoir même besoin de l'acheter."
Il s'était remis à marcher et ils montaient doucement la route de gauche vers Châtel-Guyon.

Maupassant, Mont Oriol - I, 3 (Garnier-Flammarion, n° 547, pages 74 - 75)

Introduction

Fin du chapitre 2 : apparition de la source " miraculeuse " après l'explosion du morne. Chapitre 3 : l'idée se développe de créer une ville d'eau à partir de cette nouvelle source. Andermatt avait passé l'après-midi avec le docteur Latonne, " laissant couler, avec ses paroles, de grands projets sur Enval " ( page 68 ).

Le lecteur sait déjà ( cf. p. 39 : " un juif, un faiseur d'affaires ", page 47 : " ce gros garçon très riche " ) qu'Andermatt est un homme d'affaires. C'en est ici la confirmation, par l'intéressé lui-même : il développe sa " philosophie " comme Dom Juan la sienne ( acte 1, scène 2 ) : pas d'ambiguïtés dans le personnage.

Les conditions sont évoquées dans le § précédent : " Si ce vieux ( Oriol ) est raisonnable ( = s'il accepte nos conditions ), et si l'analyse donne ce qu'espère le docteur Latonne, ( = si l'eau a des qualités thermales ), je vais probablement tenter ici une grosse affaire : une Ville d'Eaux ( noter les majuscules, traduisant sans doute l'insistance d'Andermatt sur ces deux mots ). Je veux lancer une Ville d'Eaux ( terme de volonté : je veux, qui contredit le probablement de la phrase précédente, le verbe lancer, toujours utilisé lorsqu'on parle d'un nouveau produit)" : Nous avons ici un condensé du personnage, volonté, " courage " en affaires, intuition...

Nous allons étudier ce texte suivant deux axes de lecture :
I. Un moi en expansion : un nouveau Dom Juan
II. Les " affaires " : l'action qui remplace les vieilles valeurs militaires dépassées

I. Un moi en expansion

La lecture du texte nous permet de voir un grand nombre de pronoms de la première personne, toujours accompagnés d'un verbe de volonté, d'action, un verbe positif, en tout cas :

- moi, je vois les pièces... (10)
- je me bats ( 2x), (15)
- j'en ferai une ville (20)
- je réussirai (29)
- je tiens le moyen (29)
- je l'ai vu tout d'un coup (30)
- j'en ai pour trois ans de plaisir (35)
- je ruine l'ancienne société (39)

On distingue dans la succession de ces affirmations une gradation : voir / se battre / vaincre/ réussir / ruiner l'autre : programme, description d'une bataille.

Parfois, dans le discours du je, s'insinue le nous : les grandes affaires, les nôtres (4) ; nous sommes les puissants d'aujourd'hui (18) ; [i]

Accédez à la suite de ce contenu
Accèdez aux contenus premiums de 20aubac gratuitement en proposant votre propre corrigé, ou en souscrivant à un accès payant.

Catégories les plus populaires