Hegel, Esthétique: Art et langage

Commentaire rédigé à la maison par un élève de Terminale S. Note obtenue : 14/20.

Dernière mise à jour : 15/09/2021 • Proposé par: sou92000 (élève)

Texte étudié

Le but de l'art, son besoin originel, c'est de produire aux regards une représentation, une conception née de l'esprit, de la manifester comme son oeuvre propre ; de même que, dans le langage, l'homme communique ses pensées et les fait comprendre à ses semblables. Seulement, dans le langage, le moyen de communication est un simple signe, à ce titre, quelque chose de purement extérieur à l'idée et d'arbitraire.

L'art au contraire, ne doit pas simplement se servir de signes, mais donner aux idées une existence sensible qui leur corresponde. Ainsi, d'abord, l'oeuvre d'art, offerte aux sens, doit renfermer en soi un contenu. De plus, il faut qu'elle le représente de telle sorte que l'on reconnaisse que celui-ci, aussi bien que sa forme visible n'est pas seulement un objet réel de la nature, mais un produit de la représentation et de l'activité artistique de l'esprit. L'intérêt fondamental de l'art consiste en ce que ce sont les conceptions objectives et originelles, les pensées universelles de l'esprit humain qui sont offertes à nos regards.

Hegel, Esthétique

Introduction

Soulever un paradoxe
Il est courant d'entendre dire que les œuvres d'art expriment ou bien représentent quelque chose. Telle toile ou sculpture représenterait telle scène quotidienne ou mythologique, tel morceau de musique exprimerait tel ou tel sentiment… D'ailleurs, lorsque des œuvres nous laissent perplexes, nous nous demandons : "Qu'est-ce que cela représente ?" et "Qu'est-ce que ça veut dire ?". Or, soutenir cela, c'est soutenir qu'elles nous parlent, qu'elles disent quelque chose, qu'elles ont un sens. Nous avons à l'égard des œuvres d'art une attente de signification.

La thèse de l’auteur

Hegel démontre que l’art est plus qu’un moyen d’expression des idées, il est un moyen d’exprimer une autre réalité, une réalité spirituelle.

Plan du texte

Pour ce faire, Hegel procède en trois temps :
- d’abord, il établit une analogie entre l’art et le langage. Tous les deux sont une création de l’esprit.
- puis, il nuance cette ressemblance en énonçant en quoi l’art et le langage diffère : le langage se contente de mettre des mots sur des idées, l’art leur donne une existence sensible.
- enfin, dans les dernières lignes , il définit l’œuvre d’art : c’est ce qui offre aux regards un miroir de la spiritualité de l’homme.

L’enjeu est donc la compréhension du but de l’art. Si l’art est comme le souligne Hegel une expression libre de l’intériorité humaine, comment se fait –il qu’on lui assigne parfois des limites (censure) ?

Analogie au langage

Comme l’énonce Hegel dans les premières lignes de l’extrait, l’œuvre d’art est une « conception née de l’esprit » de l’artiste. Dès lors, Hegel annonce tout de suite sa position contre la théorie de l’imitation de nature. L’art ne consiste pas à reproduire le plus fidèlement les éléments de la nature, mais l’art est un travail de l’esprit, une création de celui-ci.

C’est en cela qu’il se rapproche du langage. En effet, le langage est le fait que « l’homme communique ses pensées ». Le langage permet l’extériorisation des idées, il sert à la réalisation même de l’activité mentale, de l’émotion, de la volonté, de la perception, de l’imagination, dans la mesure où nous ne prenons conscience de nos pensées que lorsque nous mettons des mots dessus. L’art est donc comme le langage une manière de rendre accessible « à ses semblables » ses idées, de les exposer «aux regards » de l’humanité. Ainsi, en comparant l’art au la

Accédez à la suite de ce contenu
Accèdez aux contenus premium de 20aubac gratuitement en proposant votre propre corrigé, ou en obtenant un accès payant.