Freud, Cinq lecons sur la psychanalyse: Education et refoulement

Corrigé complet fait par une élève.

Dernière mise à jour : 15/09/2021 • Proposé par: Inki (élève) •

Texte étudié

Une violente répression d'instincts puissants exercée de l'extérieur n'apporte jamais pour résultat l'extinction ou la domination de ceux-ci, mais occasionne un refoulement qui installe la propension à entrer ultérieurement dans la névrose. La psychanalyse a souvent eu l'occasion d'apprendre à quel point la sévérité indubitablement sans discernement de l'éducation participe à la production de la maladie nerveuse, ou au prix de quel préjudice de la capacité d'agir et de la capacité de jouir la normalité exigée est acquise. Elle peut aussi enseigner quelle précieuse contribution à la formation du caractère fournissent ces instincts associaux et pervers de l'enfant, s'ils ne sont pas soumis au refoulement, mais sont écartés par le processus dénommé sublimation de leurs buts primitifs vers des buts plus précieux. Nos meilleures vertus sont nées comme formations réactionnelles et sublimations sur l'humus de nos plus mauvaises dispositions. L'éducation devrait se garder soigneusement de combler ces sources de forces fécondes et se borner à favoriser les processus par lesquels ces énergies sont conduites vers le bon chemin.

Freud, Cinq lecons sur la psychanalyse

Dans chacun de nos pays qui se veut développé, l'accent est mis de façon évidente ces dernières années sur l'éducation et l'encadrement des enfants dès leur plus jeune âge. Sur les méthodes utilisées, les avis sont partagés car on peut se demander si notre système ne présente pas certains effets pervers inconnus de nous ou que nous nous obstinons à ignorer.

Freud, psychanalyste de notre siècle, ne serait-il pas en mesure de nous aider à y voir clair ? Il se démarque en effet du point de vue de ses contemporains en refusant de cautionner certaines dispositions de l'éducation qui, selon lui, font de l'enfant une victime, ainsi que l'atteste le passage de son œuvre qui traite de la valeur de l'éducation jugée du point de vue psychanalytique.

Un examen attentif du texte devrait nous permettre, au vu du cheminement réflectif de Freud, de savoir si l'on doit ou non continuer sur notre lancée au risque de poursuivre sur un cheminement pédagogique erroné.

Tout au long du texte, Freud tente de clarifier une situation équivoque, qui est celle dans laquelle nous nous trouvons en matière de pédagogie. En effet, il est question pour lui de mettre le doigt sur une monstruosité engendrée par notre système, à savoir le refoulement, fruit vénéneux de notre modèle éducatif.

C'est pourquoi Freud est amené à s'interroger sur d'éventuelles solutions qui permettraient aux parents, mais aussi au corps enseignant, de rompre avec le processus pathogène du refoulement.

De cette façon, Freud se pose sans équivoque comme étant en contradiction avec les gens de son époque et se porte volontaire pour apporter des solutions au problème qu'il soulève. Il est d'avis que le refoulement engendré par la " répression d'instincts puissants exercée par l'extérieur " conduit immanquablement à la névrose. Il pense que l'homme devrait s'appuyer sur ses tendances, fussent-elles perverses, pour s'améliorer; c'est ce qu'il appellera le processus de sublimation.

Freud argumente en deux temps : il énonce tout d'abord sa critique qu'il justifie, développe et synthétise ensuite. Dans la première phrase, il exprime son point de vue sur la répression de instincts en l'opposant à l'opinion commune qu'il récuse, à savoir l'extinction ou la domination des " instincts asociaux " qui sommeillent en nous. Dans la suite du passage, il explicite le bien-fondé de sa thèse en mettant l'accent sur les effets néfastes découlant d'une telle initiative de répression. Il développe ensuite les cara

Accédez à la suite de ce contenu
Accèdez aux contenus premiums de 20aubac gratuitement en proposant votre propre corrigé, ou en souscrivant à un accès payant.

Catégories les plus populaires