Peut-on tout justifier ?

Corrigé entièrement rédigé.

Dernière mise à jour : 23/11/2021 • Proposé par: cyberpotache (élève)

Questions préalables

- Prendre soin de distinguer "justifier" de "comprendre" ou "expliquer"
- Double sens du verbe: la possibilité intellectuelle et la possibilité morale
- À quoi mènerait une réponse positive dans le domaine des valeurs ?

Introduction

On n'entreprend de justifier que ce qui paraît d'abord injustifié, sinon injustifiable, c'est-à-dire ce qui paraît, au moins dans un premier temps, contraire à toute justice, ou sans justification immédiate. L'actualité, proche ou lointaine, n'en finit pas de fournir des exemples de conduites, d'actes, d'événements qui peuvent ainsi sembler contraires à ce qu'implique une justification : n'indiquent-ils pas, dans un individu, dans une société ou dans l'histoire, la présence d'un mal irréductible à toute rationalité et à tout point de vue moral ?

I. Qu'est-ce que justifier ?

Puis-je justifier n'importe quoi ? Un meurtre, une pratique culturelle particulièrement choquante, mais aussi le nazisme ou l'existence des camps d'extermination : voici quelques cas de ce qui semble injustifiable. L'esprit a-t-il la possibilité de les justifier quand même, c'est-à-dire de les intégrer dans un système interprétatif au terme duquel leur caractère nocif semblera acceptable parce qu'il aura été ramené dans le cadre de comportements "normaux" ? N'y a-t-il pas au contraire de l'injustifiable dans le monde ? Et, même si je parviens à justifier tout comportement d'un point de vue intellectuel, ne serait-ce pas grâce à une démarche qui serait à son tour injustifiable dans la mesure où elle se tiendrait à l'écart de toute considération de valeurs ?

L'explication n'est pas une justification : elle met en lumière des causes, un déterminisme, mais est-ce pour si peu que ce dont elle rend compte devient moralement acceptable ? Dans sa critique de l'expression "la fin justifie les moyens", Kant fait valoir que, dès lors qu'une fin quelle qu'elle soit est reconnue comme bonne en elle-même, elle risque d'excuser à l'avance tout comportement moralement inacceptable. L'erreur réside précisément dans la survalorisation de la fin - et l'on sait que, dans l'histoire, c'est bien cette erreur, en l'occurrence particulièrement funeste, qui a déterminé l'élaboration des camps d'extermination, le projet du génocide des Juifs aussi bien que la mise en place du Goulag ou l'utilisation de la psychiatrie à des fins de police politique en URSS. Admettons donc que la fin, en fait, ne justifie rien.

Faut

Accédez à la suite de ce contenu
Accèdez aux contenus premium de 20aubac gratuitement en proposant votre propre corrigé, ou en obtenant un accès payant.

Corrigés liés disponibles

Autres corrigés disponibles sur ce sujet

Proposez votre corrigé pour ce sujet

Proposez votre propre corrigé et gagnez 30 jours d'accès premium !