Philosophie: Dissertations Commentaires Français: Commentaires

Aragon, Les Yeux d'Elsa - La Nuit de Mai

Dernière mise à jour : 28/04/2021
Proposé par: objectifbac (élève)

Description du corrigé: Commentaire complet en deux parties:
I. Un poème avec en toile de fond la guerre,
II. Un univers fantastique.

Texte étudié:

Les spectres évitaient la route où j'ai passé
Mais la brume des champs trahissait leur haleine
La nuit se fit légère au-dessus de la plaine
Quand nous eûmes laissé les murs de La Bassée

Un feu de ferme flambe au fond de ce désert
Aux herbes des fossés s'accroupit le silence
Un aéro dit son rosaire et te balance
Une fusée au-dessus d'Ablain Saint-Nazaire

Les spectres égarés brouillent leurs propres traces
Les pas cent fois refaits harassent leur raison
Des panaches de peur montent à l'horizon
Sur les maisons d'Arras en proie aux chars Arras

Interférences des deux guerres je vous vois
Voici la nécropole et voici la colline
Ici la nuit s'ajoute à la nuit orpheline
Aux ombres d'aujourd'hui les ombres d'autrefois

Nous qui rêvions si bien dans l'herbe sans couronnes
La terre un trou la date et le nom sans ci-gît
Va-t-il falloir renaître à vos mythologies
On n'entend plus pourtant grincer les cicerones

0 revenants bleus de Vimy vingt ans après
Morts à demi Je suis le chemin d'aube hélice
Qui tourne autour de l'obélisque et je me risque
Où vous errez Malendormis Malenterrés

Panorama du souvenir Assez souffert
Ah c'est fini Repos Qui de vous cria Non
Au bruit retrouvé du canon Faux Trianon
D'un vrai calvaire à blanches croix et tapis vert

Les vivants et les morts se ressemblent s'ils tremblent
Les vivants sont des morts qui dorment dans leurs lits
Cette nuit les vivants sont désensevelis
Et les morts réveillés tremblent et leur ressemblent

A-t-il fait nuit si parfaitement nuit jamais
Où sont partis Musset ta Muse et tes hantises
Il flotte quelque part un parfum de cytises
C'est mil neuf cent quarante et c'est la nuit de Mai

Aragon, Les Yeux d'Elsa - La Nuit de Mai

Introduction

Aragon a vécu les deux guerres en tant que soldat. Ceci le marqua particulièrement. Les Yeux d'Elsa est un recueil traitant de la débâcle et de la résistance. Le texte suivant appartient au premier groupement "les nuits". C'est un texte allusif par rapport à celui de Musset, poète ayant vécu un siècle avant Aragon, qui écrivit un poème intitulé "Nuit de Mai" à la suite d'un gros chagrin d'amour. Ce dernier poème est un dialogue entre la muse et l'auteur, qui l'incite à écrire dans la dépression et la souffrance. Aragon nous fait par contre l'évocation d'une douleur consécutive à la guerre.

I. Un poème avec en toile de fond la guerre

a) Des indices de lieux et de dates

Le poème est daté et situé géographiquement: "C'est 1940 et c'est la nuit de mai". Mai 1940 correspond à l'époque de la capitulation et de la débâcle française. En effet, le régiment d'Aragon a été démobilisé et s'est retiré.

De plus, quelques lieux sont évoqués :
- "sur les maisons d'Arras en proie aux chars"
- "ô revenants bleus de Vimy vingt ans après"
Arras est le nom d'une bataille à laquelle Aragon a participé. "Vimy" est une ville du nord de la France. Le Nord est aussi évoqué par la phrase "voici la nécropole et voici la colline". En effet lors de la première guerre mondiale, et dans un but de rapidité et d'hygiène, des collines entières furent transformées en cimetière à la fin de la guerre. Or, la plupart des batailles de la première guerre mondiale eurent lieu dans le nord de la France. Aragon évoque donc bien ici cette région du pays.

b) Les évènements de guerre et leurs conséquences

Dans ce poème sont aussi évoqués les combats et plus généralement ce qui est arrivé militairement.
En effet, Aragon nous parle de bombardements : "un aéro dit son rosaire":
- "aéro" signifie ici un avion allemand, terme mis pour aéroplane.
- "rosaire" ce mot est normalement employé pour désigner un chapelet, fait d'un grand nombre de petits grains successifs. Symboliquement c'est l'avion qui sème ses bombes.

L'auteur nous décrit ensuite les conséquences de ces bombardements :
- "un feu de ferme flambe au fond de ce désert": L'allitération du "f" insiste sur le feu et ses dévastations.
- "Des panaches de peur montent à l'horizon": il y a une substitution de la fumée par la peur. Ceci confirme l'impression générale du poète.

Ensuite, Aragon décrit un certain nombre de choses qui rappellent la guerre :
- "Une fusée au dessus d'Ablain Saint-Nazaire": A cette époque, et comme dans toutes les guerres, le couvre feu était de mise en période de guerre pour donner le minimum d'indices et de repères aux avions ennemis. Ceux-ci, pour s'assurer de leurs cibles, faisaient un premier passage et larguaient des fusées éclairantes, pour ensuite lancer les véritables bombes, et remplir l'objectif de mission. Le mot fusée en appelle donc à ce genre de manœuvres militaires.
- "sur les maisons d'Arras en proie aux chars": Aragon faisait partie d'une division légère mécanique, ce qui explique l'utilisation du mot "char".
- "Ah c'est fini Repos...": le mot "repos" possède ici un certain sens d'humour noir. En effet, lorsqu'un soldat entend "repos", il peut sortir de la position du garde à vous. Or ici, les soldats sont sortis du garde à vous pour mourir. Ils sont donc dans un repos "éternel" et définitif, duquel ils ne pourront plus jamais revenir.
- "Aux herbes des fossés s'accroupit le silence": Après qu'une bombe est explosée règne un silence morbide. En effet, la déflagration crée une onde de choc tellement bruyante que les oreilles humaines doivent se réhabituer à un niveau sonore moindre. Tout le temps mis pour cette adaptation est traduit par un silence total. Rares sont ceux qui se précipitent immédiatement après l'explosion d'une bombe, car ils sont tétanisés de peur. Aragon transcrit donc ce silence dû à une cause militaire par l'expression ci-dessus.

c) Des guerres qui se répètent

Aragon dresse un lien entre la deuxième guerre mondiale et la première. "Interférences des deux guerres je vous vois": il a fait les deux guerres. Il évoque comme paysage les nécropoles, avec ses souvenirs des défunts et les descriptions sommaires des morts.

"herbes sans couronne": les couronnes funéraires ne furent jamais mises. D'une, à cause du prix, de deux parce que la plupart des morts furent enterrés sans qu'on puisse les identifier auparavant. Ce qui explique aussi la phrase : "La terre un trou la date et le nom sans ci-gît". Ensuite, les liens continuent par l'expression : "D'un vrai calvaire à blanches croix et tapis vert". La vision symbolique est ici évidente : le blanc représente l'innocence, et le vert représente le tapis des jeux de hasard. Cette combinaison montre les interrogations d'Aragon : "Pourquoi ceux-là sont-ils morts et pas d'autres ? Le hasard n’aurait-il pas emporté les plus innocents ?" De plus, la façon dont Aragon décrit les lieux est pathétique : on a l'impression que le lieu, et les morts, souffrent encore.

L'auteur agit aussi par anticipation. "Aux ombres d'aujourd'hui les ombres d'autrefois". Il voit son régiment aux mêmes positions que ceux de la première guerre mondial : mort. A chaque guerre, c'est la même chose qui recommence, inlassablement, inexorablement. Mais Aragon n'a pas fini sa guerre... "Panorama du souvenir Assez souffert, Ah c'est fini...". C'est fini, pour les soldats, mais pour lui, tout commence, il va se battre maintenant en tant que résistant, et non plus en tant que membre de l'armée régulière.

II. Un univers fantastique

a) Le fantomatique

Aragon nous place dans un univers totalement fantomatique : "Les spectres évitaient la route où j'ai passé": l'auteur évoque ici les civils qui fuient. "évitaient la route" signifient qu'en tant de guerre, la route est réservée aux véhicules militaires, donc les réfugiés se mettent sur les bords. Mais la phrase renferme le mot "spectre", et un peu plus loin, apparaît le mot "ombres", deux noms appartenant au champ lexical des fantômes. Il y a donc une identification avec les morts de la première guerre mondiale, en effet, l'évocation des vivants et des morts est identique, ce qui donne un univers à la limite du fantastique.

Ce poème est présenté comme une vision : "Interférences des deux guerres je vous vois" Il a l'impression de voir son environnement en double, le passé et l'avenir immédiat. Effectivement il ajoute les deux périodes (procédé d'adjonction) : "Ici la nuit s'ajoute à la nuit orpheline" . "orpheline" renvoie à ceux qui sont au cimetière. La nuit de mai s'ajoute à la nuit orpheline.

Aragon s'adresse aux morts : "Ô revenants bleus de Vimy vingt ans après". Il les ressuscite dans sa mémoire pour dialoguer avec eux, puisqu‘il les vouvoie. (le bleu renvoie à l'uniforme des soldats de 1918). Le fait de s'adresser aux morts renforce l'idée de fantômes... "Où errez vous Malendormis Malenterrés". Les soldats morts semblent ici revenus à la semi-vie, car les soldats qui se battent se trouvent dans les mêmes circonstances que ceux de 1918. La strophe 8 est une analogie entre les vivants et les morts : "Les vivants et les morts se ressemblent s'ils tremblent". "Les vivants sont des morts qui dorment dans leurs lits": vivants et morts sont ici placés en équivalence.

"Et les morts réveillés tremblent et leur ressemblent": on assiste ici à une sorte de chassé/croisé, les mots "morts" et "vivants" sont inversés. De plus, il y a un chiasme dans "tremblent et leur ressemblent", puisque le 1er mot renvoie au dernier, ce qui insiste sur les phénomènes d'échos et d'inversion. De plus, les vivants et les morts ont un point commun : ils tremblent ; les vivants de peur, les morts à cause des éclats d'obus et des bombardements qui font trembler le sol. Ils se rejoignent dans l'angoisse. "Cette nuit les vivants sont désensevelis". "Désensevelis" est un mot inventé par Aragon pour appuyer le coté macabre et la vision sombre et noire : les bombes réveillent les morts.

b) Les réactions de l'auteur

Aragon nous évoque tout d'abord sa fuite : "où j'ai passé". Il a peur, et il prête aux autres son propre état d'âme : "Les pas cent fois refaits harassent leur raison" : il faut traduire ici le "leur" en "ma". Il n'a plus de point de repères, il tombe dans le fantastique, dans un état second. Son poème laisse place à un bourdonnement inexorable : "harassent" renvoie à "Arras", les mêmes sons reviennent tout le temps, c'est un cycle, une boucle sans fin, un effet continue dont on ne sort jamais.

L'auteur pose ensuite une question oratoire: "Va-t-il falloir renaître à vos mythologies", précédé du "nous" qui désigne tous les français. Il se rend compte qu'il va falloir passer par les mêmes souffrances pour devenir un héros de la nation, en sauvant la France. La mythologie est ici évoquée car le poète emploie le verbe "renaître" au lieu de "mourir". C'est le mythe de la renaissance après la mort.

Aragon nous indique enfin sa direction de fuite: "Je suis le chemin d'Aube": "suis" appartient évidemment au verbe "suivre". "Aube" indique la direction de l'Est (le soleil se lève à l'est, et en se levant retire l'Aube). L'expression indique aussi une durée, la nuit passe (le titre du poème + aube = c'est la fin de la nuit), et donc le temps, sans vraiment savoir où il va, c'est donc l'idée d'errance qui est amenée ici.

c) Un dialogue avec les revenants, et Musset

Étudions maintenant la façon dont Aragon s'adresse aux revenants. Ses phrases sont marquées de désespoir : même les morts ne sont pas en paix, il n'existe pas de repos éternel, c'est un hommage. "Qui de vous cria Non". A la fin de la première guerre, se déroula de grands procès, où l'on décida que cette guerre devaient être "la der des der". Or le temps n'aura pas donné raison à ceux qui voulaient ceci (c'est à dire tous les soldats). Les militaires de la première guerre mondiale sont morts en définitive pour rien, puisque tout recommence, aux mêmes endroits, de la même façon, avec les horreurs et les bombardements, 20 ans après (on pourrait même rajouter que l'Allemagne attaqua les deux fois par la Belgique, trahissant la neutralité de leur terrain, pour éviter l'armée française, massée derrière la symbolique ligne Maginot qui ne fut presque jamais mise à l'épreuve.). La leçon n'a donc servie à rien, c'est un échec, l'avenir serait-il un long passé ?

Puis celle dont il s'adresse à Musset, qu'il tutoie : "Où sont partis Musset ta Muse et tes hantises". Mais ce poète revêt une particularité pour Aragon. En effet, à un siècle d'intervalle, il évoque les vers d'un écrivain pour qui le mois de Mai revêt un symbole de désolation, en antithèse du printemps, saison des amours et de la joie, de la renaissance après l'hiver rude et parfois meurtrier. Aragon se rapproche donc de Musset par les circonstances qu'endosse le mois de Mai, mais aussi par la rime entre "hantise et cytise". Effectivement, le rapprochement se trouve dans le désespoir...

Conclusion

Ce poème est particulier car il n'est rien dit concernant Elsa. Le point commun entre ce poème et son recueil Les Yeux d'Elsa, est dans le thème de la vision.
La nuit de mai est un poème de solitude d'un soldat démobilisé. Il met aussi en scène le contrecoup de la débâcle, puis progressivement l'entrée dans la résistance (voir le poème "C"). Il y a donc une évolution psychologique, et La nuit de mai constituerait en quelque sorte la phase 1.

Ensuite, on peut s'interroger sur la référence à Musset. Aragon montre que le France est sa muse, et qu’on écrit mieux quand on souffre. D'ailleurs, la plupart des recueils fonctionnent ainsi. Enfin, la partie "Les nuits" rassemblent 4 poèmes ayant dans leur titre "nuit". Or Musset a aussi écrit 4 poèmes ayant les mêmes caractéristiques. La différence se trouve dans le fait qu'Aragon donne une signification d'étapes d'engagement, bien situées géographiquement (nuit de Dunkerque...), alors que Musset localise ses poèmes dans le temps (nuit de mai (même titre), nuit de décembre...)

Ce corrigé vous a aidé ? Aidez-nous à nous améliorer !