Racine, Bajazet - Acte V, scène 11

Commentaire entièrement rédigé en deux parties :
I. Un dénouement sous forme de récit,
II. Les pouvoirs de la parole

Dernière mise à jour : 15/09/2021 • Proposé par: marier (élève) •

Texte étudié

Scène XI

Atalide, Acomat, Osmin, Zaïre

ACOMAT

Ses yeux ne l’ont-ils point séduite ?
Roxane est-elle morte ?

OSMIN

Oui. J’ai vu l’assassin,
Retirer son poignard tout fumant de son sein.
Orcan, qui méditait ce cruel stratagème,
La servait à dessein de la perdre elle-même,
Et le sultan l’avait chargé secrètement
De lui sacrifier l’amante après l’amant.
Lui-même, d’aussi loin qu’il nous a vus paraître :
« Adorez, a-t-il dit, l’ordre de votre maître ;
De son auguste seing reconnaissez les traits,
Perfides, et sortez de ce sacré palais ».
À ce discours, laissant la sultane expirante,
Il a marché vers nous, et d’une main sanglante,
Il nous a déployé l’ordre dont Amurat
Autorise ce monstre à ce double attentat.
Mais, seigneur, sans vouloir l’écouter davantage,
Transportés à la fois de douleur et de rage,
Nos bras impatients ont puni son forfait,
Et vengé dans son sang la mort de Bajazet.

ATALIDE

Bajazet !

ACOMAT

Que dis-tu ?

OSMIN

Bajazet est sans vie.
L’ignoriez-vous ?

ATALIDE

Ô ciel !

OSMIN

Son amante en furie,
Près de ces lieux, Seigneur, craignant votre secours,
Avait au nœud fatal abandonné ses jours.
Moi-même des objets j’ai vu la plus funeste,
Et de sa vie en vain j’ai cherché quelque reste :
Bajazet était mort. Nous l’avons rencontré
De morts et de mourants noblement entouré,
Que vengeant sa défaite et cédant sous le nombre,
Ce héros a forcés d’accompagner son ombre.
Mais puisque c’en est fait, Seigneur, songeons à nous.

ACOMAT

Ah ! destins ennemis où me réduisez-vous ?
Je sais en Bajazet la perte que vous faites,
Madame. Je sais trop qu’en l’état où vous êtes
Il ne m’appartient point de vous offrir l’appui
De quelques malheureux qui n’espéraient qu’en lui ;
Saisi, désespéré d’une mort qui m’accable,
Je vais, non point sauver cette tête coupable,
Mais, redevable aux soins de mes tristes amis,
Défendre jusqu’au bout leurs jours qu’ils m’ont commis.
Pour vous, si vous voulez qu’en quelque autre contrée
Nous allions confier votre tête sacrée,
Madame, consultez : maîtres de ce palais,
Mes fidèles amis attendront vos souhaits ;
Et moi, pour ne point perdre un temps si salutaire,
Je cours où ma présence est encor nécessaire ;
Et jusqu’au pied des murs que la mer vient laver,
Sur mes vaisseaux tout prêts je viens vous retrouver.

Racine, Bajazet - Acte V, scène 11

Introduction

Dans sa tragédie Bajazet, Racine exploite l’histoire turque (le monde ottoman étant très à la mode au 17ème siècle). Il reconstitue « une aventure arrivée dans le sérail, il n’y a pas plus de trente ans » (première préface de Racine, 1672) et redonne vie à des personnages historiques. Comme dans nombre de tragédies de Racine, l’action dans Bajazet apparaît comme le passage continuel d’un état à un autre jusqu’à un état définitif qu’on appelle dénouement. D’ailleurs on affirme souvent que la tragédie de Racine est la recherche d’un dénouement : c'est-à-dire qu’un problème est posé dans l’exposition, puis tout au long de la pièce les personnages cherchent une solution mais celle-ci ne se détermine qu’à l’acte 5. Le dénouement peut se produire par l’effet d’un récit ou se passer en action, c'est-à-dire sous les yeux des spectateurs. Ici, la scène 10 de l’acte 5 semble constituer un revirement de situation pour les personnages d’Acomat et Atalide puisque Zaïre annonce la mort de Roxane assassinée par Orcan. A cette nouvelle, Atalide exprime sa joie car elle croit Bajazet en vie et la possibilité d’une fin heureuse : vers 1673 : « Juste ciel, l’innocence a trouvé ton appui ! Bajazet vit encore, Vizir, courez à lui ! » Mais deux vers plus loin, la scène 11 de l’acte 5, avec l’arrivée d’Osmin et le récit qu’il fait des évènements, contrecarre leurs espérances et ce semblant de revirement de situation. Dans un premier temps, nous étudierons les caractéristiques et les effets de ce dénouement sous forme de récit et dans un deuxième et dernier temps, nous verrons en quoi cette scène donne à voir les pouvoirs de la parole.

I. Un dénouement sous forme de récit

a) Effets dramaturgiques

La tuerie qui vient d’avoir lieu (mort de Roxane, Bajazet, Orcan et autres personnages secondaires) est annoncée par Osmin. On peut tout d’abord considérer que le récit d’Osmin permet de représenter ce que les bienséances ne veulent pas montrer. Mais le récit d’Osmin permet surtout un certain nombre d’effets stylistiques que n’aurait pas permis un dénouement en action. Osmin apparaît comme une sorte de messager du dénouement. Il narre les évènements qui viennent de se passer hors de la scène. Il apprend à Atalide et Acomat la grande tuerie qui vient d’avoir lieu. La mort de Roxane avait déjà été annoncée à la scène précédente et il est important de noter que le lecteur à un savoir supérieur aux personnages que sont Acomat et Atalide

Accédez à la suite de ce contenu
Accèdez aux contenus premium de 20aubac gratuitement en proposant votre propre corrigé, ou en obtenant un accès payant.