Philosophie: Dissertations Commentaires Français: Commentaires

Thomas d'Aquin, Somme théologique - I, q. 12, a. 12: La connaissance sur Dieu

Dernière mise à jour : 16/03/2021
Proposé par: Serge Boarini (professeur)

Texte étudié:

Notre connaissance naturelle a son origine dans les sens, elle ne peut donc pas s'étendre au - delà du point où le sensible peut la conduire. En partant des réalités sensibles, notre intellect ne peut pas parvenir à la vision de l'essence divine. Les créatures sensibles, parce qu'elles sont les effets de Dieu, n'ont pas le même pouvoir que leur cause. Il n'est donc pas possible, en partant de la connaissance des réalités sensibles, de connaître tout le pouvoir de Dieu, ni par conséquent de voir son essence. Mais parce que les effets dépendent de la cause, ils peuvent nous conduire à savoir que Dieu est, et à connaître tous les attributs qui lui conviennent nécessairement, au titre de cause première de tout le réel et supérieure à tous ses effets. Nous connaissons donc de Dieu son rapport aux créatures, c'est - à - dire qu'il est la cause de toute la création ; nous connaissons aussi la différence entre Dieu et ses créatures, car il ne fait pas nombre avec les êtres dont il est la cause ; et nous savons que la distance qui le sépare des êtres créés n'est pas en lui un défaut mais un excès.

Thomas d'Aquin, Somme théologique - I, q. 12, a. 12

Ce corrigé est disponible sur un site externe à 20aubac.

Consultez ce corrigé

Ce corrigé vous a aidé ? Aidez-nous à nous améliorer !