Philosophie: Dissertations Commentaires Français: Commentaires

Merleau-Ponty, Causeries: Une oeuvre d’art est un tout

Annale bac 2016, Série Technologiques - France métropolitaine
Dernière mise à jour : 11/06/2021 • Proposé par: Inconnu (professeur) •

Texte étudié

Même quand les peintres travaillent sur des objets réels, leur but n’est jamais d’évoquer l’objet même, mais de fabriquer sur la toile un spectacle qui se suffit. La distinction souvent faite entre le sujet du tableau et la manière(1) du peintre n’est pas légitime parce que, pour l’expérience esthétique, tout le sujet est dans la manière dont le raisin, la pipe ou le paquet de tabac est constitué par le peintre sur la toile. Voulons-nous dire qu’en art la forme seule importe, et non ce qu’on dit ? Nullement. Nous voulons dire que la forme et le fond, ce qu’on dit et la manière dont on le dit ne sauraient exister à part. Nous nous bornons en somme à constater cette évidence que, si je peux me représenter d’une manière suffisante, d’après sa fonction, un objet ou un outil que je n’ai jamais vu, au moins dans ses traits généraux, par contre les meilleures analyses ne peuvent me donner le soupçon de ce qu’est une peinture dont je n’ai jamais vu aucun exemplaire. Il ne s’agit donc pas, en présence d’un tableau, de multiplier les références au sujet, à la circonstance historique, s’il en est une, qui est à l’origine du tableau.

(1) « manière » : la façon dont le peintre peint, son style propre

Merleau-Ponty, Causeries

Ce corrigé était disponible sur www.philomag.com, un site externe à 20aubac.
La page originale n'est plus accessible, mais vous pouvez retrouver les copies enregistrées.

Page indisponible
Copie archive.org