Philosophie: Dissertations Commentaires Français: Commentaires

Un problème moral peut-il recevoir une solution certaine ?

Ceci est une rédaction que j'ai entièrement rédigée et j' ai obtenu 11. Je pense que beaucoup de points sont abordés dans mon devoir mais qui reste néanmoins peut être un peu trop descriptif.

Dernière mise à jour : 16/03/2021 • Proposé par: yoga195 (élève) •

Pour répondre à la question suivante :" Un problème moral peut il recevoir une solution certaine ?", il nous faut tout d 'abord définir les termes généraux du sujet.
La morale est un ensemble de principes de jugement, de règles de conduite relatives au bien et au mal, de devoirs, de valeurs,qu'une société se donne et qui s'imposent autant à la conscience individuelle qu'à la conscience collective.
Un problème moral pose donc la question de l’évaluation des actions en terme de bien ou de mal .
Une solution est le résultat d'une réflexion permettant de résoudre un problème . Une solution certaine serait donc l' aboutissement d'une réflexion que l’ on ne pourrait pas remettre en cause . Celle – ci est incontestable et admise par tous.
Mais il se pose le problème de définir tout d’abord le terme de bien et de mal et aussi de savoir à quelle niveau l' on peut s'entendre sur ces termes . Sur quoi l'individu peut il prendre appui pour juger ? Une morale universelle est elle possible ? et donc à quels niveaux une solution est t-elle certaine : l’humanité , la société , soi même ?

D 'après Kant : "La conscience morale n'est pas quelque chose que l'on soit susceptible d'acquérir, et il n'y a pas de devoir ordonnant de se procurer cette conscience; mais tout homme, en tant qu'être moral, possède en lui, originairement, une telle conscience."
Fondements de la métaphysique des moeurs (1785)
En effet , si l'on admet que les lois morales sont innées alors on admet que les critères du bien et du mal sont universels et donc identiques pour tous. La morale serait inhérente à l' individu. Tous les individus s'accorderaient sur les mêmes principes moraux . Sa faculté morale , c 'est à dire son sens moral et sa conscience morale , ne résulterait donc pas d une éducation spécifique. On peut donc penser que les lois morales ne dépendent pas de l'homme mais des lois de la nature, de "commandements divins" ou des lois de la raison. Elles ont un caractère universel, éternel, absolu, normatif. Elles ne peuvent être ni changées ni supprimées.Dans ce cas la morale serait identique pour tous les hommes . Or , c 'est la morale qui nous sert de repère et qui nous donne les critères pour juger ce qui est bien , mal , juste , injuste . Partant de ce principe , l' humanité pourrait s' entendre au niveau des critères du bien et du mal et il y aurait donc une solution certaine et universelle pour chaque ( un ) problème moral.
Mais ont peut aussi penser que les valeurs morales soient d'origine extérieure à l' individu . En effet on peut supposer que l' homme se base sur différents repères comme la société , la famille , la religion...
Dans ce cas , on peut donc admettre que les valeurs morales ont une origine humaine.Tous ces repères définis par les différentes sociétés et par l'individu lui-même au fil du temps nécessitent alors d' être inculqués à chaque nouvelle génération . Or , si ces différents repères sont définis par une société , on peut en conclure que chaque société n ' admet pas tout à fait les mêmes critères du bien et du mal et les valeurs morales varient donc d'une société à l'autre.
Les différentes définitions des critères du bien et du mal se sont donc multipliés et diversifiés . Comme le disait Pascal ," Vérité au - deçà des Pyrénées ,erreur au - delà ", Pensées ( n° 60 ). Pascal s'en prend ici au caractère relatif, conventionnel de la morale humaine. Les valeurs varient d'un État à l'autre , mais ce n'est pas pour cela qu'un état détient la " vérité " et que tous les autres Etat sont dans l' erreur.
En effet , chaque société , communauté a développé sa propre tradition parfois même sa propre religion. De plus , chaque culture possède ses autorités morales auxquelles les individus se réfèrent tout comme à la tradition ou à la religion . Les consulter , c 'est se référer à des valeurs qui ont traversé les époques et c'est donc la preuve que ces valeurs sont des valeurs sures , qui permettent de prendre des décisions justes lorsque se pose un problème d' ordre moral .Ce sont des valeurs qui ont permis aux différents individus d'une même société de cohabiter . Ces valeurs morales dissocient les comportements socialement admissibles qui indiquent le bien des comportements inadmissibles qui définissent le mal. Mais la variété des ces valeurs morales ne doit pas être interprétée comme une ignorance de l' humanité , mais au contraire elle doit être considérée comme une forme de sagesse qui prendrait en compte la diversité des pays et des natures.
Mêmes si ces valeurs morales sont similaires entre les différentes sociétés, il serait donc impossible pour l'humanité de s'entendre au niveau des critères du bien et du mal et cela serait donc impossible de trouver une solution certaine et universelle pour chaque ( un ) problème moral.

"La raison pure est pratique par elle seule et donne à l'homme une loi universelle que nous nommons la loi morale." Tel que l' affirme Kant dans les Fondements de la métaphysique des moeurs ( 1785) la raison serait à l' origine des valeurs morales identiques pour tous les individus. Les individus d 'une même société auraient donc les mêmes notions du bien et du mal .
La société est un cadre social qui permet la cohabitation des individus . Toute structure sociale repose sur la valorisation du bien et la répression du mal. C'est la conscience, c'est à dire la capacité de porter jugements moraux sur différentes , ou autrement dit c'est une sorte d' examen de l' esprit, qui est à l' origine de ces normes morales. La société , elle , donne naissance à une conscience collective , c'est à dire que chaque individu intériorise les normes propres à la vie sociale. Elles lui sont inculquées dès le plus jeune âge . On apprend aux enfants à se plier à des règles que la société a définies comme normales , valables et justifiées .
On peut donc penser que les individus d'une même société ont des notions du bien et du mal similaires .
Mais dans toute société il y a tout de même une remise en cause du code des valeurs. Les individus remettent en question l' autorité de la société et se demandent ce qui peut leur permettre de différencier le bien du mal , le bon du mauvais .
En effet , chaque individu , malgré les valeurs qu'on lui a inculquées , garde une opinion personnelle ....
De plus , les notions de bien ou de mal peuvent varier au sein d ' une même société par exemple en fonction d'une situation. Un acte peut être considéré comme admissible dans une situation particulière et inadmissible dans une autre situation.
Les notions de bien ou de mal peuvent aussi varier si elles sont considérées au niveau de la morale ou au niveau du devoir . Or les limites entre la notion de morale et la notion de devoir ne sont pas toujours claires ( conflits , tribunaux : problèmes de jugement ..)
On peut donc en conclure qu'une société , tout comme l'humanité , bien qu'ayant des valeurs morales plus proches , rencontrerait des problèmes pour trouver une solution certaine pour un problème moral donné.

Comme nous l' avons conclu précédemment , il est difficile pour une société de s' entendre autour de valeurs morales communes et il est quasiment impossible pour l' humanité de s'entendre autour de valeurs morales .
Intéressons nous donc tout simplement à l'individu :
Comme nous avons pu le voir précédemment, chaque individu possède un sens moral qui vient de sa conscience morale mais aussi des valeurs que l' on lui a enseigné . Notre conscience morale nous dicte des règles et qui sont donc le résultats de nos états d ' âme ( culpabilité , regrets , remords ...) que tout individu éprouve. Même si tout homme a naturellement le désir de ne se soumettre à aucune règle, aucune contrainte , il est tout de même conscient , grâce à sa conscience morale , que la cohabitation est possible seulement grâce a l’ existence de certaines règles . Il obéit donc à toutes sortes de devoirs moraux car il sait que cela est indispensable. Grâces à ces différentes valeurs morales , il peut discerner , dans une certaine mesure, le bon du mauvais d 'après les normes de la société dans laquelle il vit . Il peut aussi corriger ses erreurs , et peut à priori répondre à un problème moral .
Mais il ne faut pas oublier que chaque individu possède son propre jugement .
" Entre plusieurs opinions également reçues , je ne choisissais que les plus modérées : tant à cause que ce sont toujours les plus commodes pour la pratique , et vraisemblablement les meilleures , tout excès ayant coutume d' être mauvais ; comme aussi afin de me détourner moins du vrai chemin , en cas que je faillisse , que si , ayant choisi l' un des extrêmes , c'eût été l'autre qu'il eût fallu suivre "Cette citation tirée du Discours de la méthode de Descartes , nous montre que l 'individu ,même s'il est conditionné par des règles morales, peut garder une certaine liberté. Il est donc libre d'adapter, dans une certaine mesure, les règles morales de la société dans laquelle il vit avec ses propres règles .
En effet il va chercher son propre bien être (santé , social , travail) et pour pouvoir accomplir ses désirs il va donc parfois qu'il s'oppose a la morale et sera donc tenté de fixer ses propres limites entre le bien et le mal.
Un individu ne pourra donc pas trouver une solution certaine a un problème moral car il sera confronté d'un côté aux valeurs morales qu' on lui a inculquées et de l'autre à ses propres valeurs .

Mêmes si certaines valeurs morales peuvent quasiment être considérées comme universelles, deux sociétés auront toujours des valeurs morales qui diffèrent et donc chaque individu sera tenté de définir ses propres valeurs morales et donc de répondre à un problème moral. Mais c'est avec l'autorité de la raison et de la sagesse pratique que l'homme essaie de répondre aux questions sur la finalité des actions humaines. Cependant une telle recherche débouchera forcément sur une création humaine, donc arbitraire, relative, imparfaite, et pas vraiment universelle .