Philosophie: Dissertations Commentaires Français: Commentaires

Epicure, Lettre à Ménécée : La philosophie à tout âge

Commentaire avec l'étude linéaire du texte suivi de l'intérêt philosophique :
a) Vivre dans l'instant présent pour avoir la vie éternelle
b)... et devenir maître de son existence

Dernière mise à jour : 16/03/2021 • Proposé par: thibaultl (élève) •

Texte étudié

Même jeune, on ne doit pas hésiter à philosopher. Ni, même au seuil de la vieillesse, se fatiguer de l'exercice philosophique. Il n'est jamais trop tôt, qui que l'on soit, ni trop tard pour l'assainissement de l'âme. Tel, qui dit que l'heure de philosopher n'est pas venue ou qu'elle est déjà passée, ressemble à qui dirait que pour le bonheur, l'heure n'est pas venue ou qu'elle n'est plus.
Sont donc appelés à philosopher le jeune comme le vieux. Le second pour que, vieillissant, il reste jeune en biens par esprit de gratitude à l'égard du passé. Le premier pour que jeune, il soit aussi un ancien par son sang-froid à l'égard de l'avenir.
En définitive, on doit donc se préoccuper de ce qui crée le bonheur, s'il est vrai qu'avec lui nous possédons tout, et que sans lui nous faisons tout pour l'obtenir. Ces conceptions, dont je t'ai constamment entretenu, garde-les en tête. Ne les perds pas de vue quand tu agis, en connaissant clairement qu'elles sont les principes de base du bien vivre.

Epicure, Lettre à Ménécée - Chapitre 1

Introduction

Comme chacun sait, Epicure est un philosophe de l’époque hellénistique, qui fonda à Athènes une école (le Jardin) concurrente de celles de Platon (l’Académie) et d’Aristote (le Lycée). Sa lettre à son disciple Ménécée, traite de l’éthique sous la forme d’une exhortation. Mais avant d’exposer sa thèse principale, à savoir que « le plaisir est le commencement et la fin de la vie heureuse », Epicure pose la nécessité de philosopher, c'est-à-dire de s’occuper de la santé de son âme, de la même façon que la médecine traite de la santé du corps.
Mais de quels éléments négatifs doit-on se libérer ? De quels défauts et maladies mentales doit-on guérir ? Quelle ascèse, quels exercices, quelle pratique doit-on adopter ? C’est l’objet de ce préambule, où Epicure va d’abord énoncer les obstacles qui nous empêchent de nous mettre à philosopher, avant de développer les moyens positifs pour entrer activement en philosophie.

I. Etude linéaire du texte

Première partie : de « Même jeune » à « l'heure n'est pas venue ou qu'elle n'est plus »

Epicure écarte les obstacles qui nous empêchent de nous mettre à philosopher. Il pose sa thèse, à savoir que la philosophie coïncide avec le bonheur, et couvre les aspirations humaines de façon exhaustive, puisqu’elle s’adresse aussi bien au jeune homme qu’au vieillard. Le jeune homme a en effet tendance à croire que la philosophie nécessite de la maturité et qu’il lui faut donc attendre avant de la pratiquer sérieusement. De même le vieillard a tendance à penser que la philosophie nécessite d’avoir du temps devant soi, et que pour lui, il est donc trop tard pour changer quoi que ce soit. La symétrie des préjugés s’exprime du point de vue du style par un fort parallélisme : « on est jamais en avance et jamais en retard ; l’heure n’est jamais trop devant nous ni derrière nous ». Ces procédés rhétoriques insistent sur l’aspect exhaustif de la philosophie.

Deuxième partie : de « Sont donc appelés à philosopher » à « sang-froid à l'égard de l'avenir »

Epicure expose les moyens positifs pour entrer activement en philosophie, les exercices spirituels à pratiquer pour acquérir la santé de l’âme. Dans le cas du jeune homme, il s’agit d’abord de se libérer de la crainte de l’avenir. Pour Epicure cette libération recouvre principalement 2 aspects : la crainte des Dieux et la crainte de la mort, qui sont les deux premiers éléments de son enseignement. Les 2 autres thèses qui forment le tretrapharmakon (quadruple remède) d’Epicure sont que l’on peut supporter la douleur et atteindre le bonheur. Dans le cas du vieillard, il s’agit surtout de se libérer de la crainte du passé, en puisant dans celui-ci tout le bien qui y demeure. La réactivation des bons souvenirs apaise les douleurs. Pour Epicure, le bonheur réside dans une certaine façon de vivre la temporalité, à la fois sereine vis-à-vis de l’avenir, pour le jeune homme, et reconnaissante, vis-à-vis du passé, pour le vieillard.

Conclusion

En guise de conclusion Epicure nous rappelle qu’actuellement nous faisons tout pour être heureux, mais que nous n’employons pas les bons moyens. A cette occasion, il passe de la 3ème personne du singulier à la 1ère du pluriel, pour donner à son propos une valeur de généralité et donc de vérité. Epicure donne des conseils, mais ces conseils valent aussi pour lui-même. Pour Epicure nous devons ainsi vivre en étant attentif au présent, sans regrets concernant le passé, ni craintes pour l’avenir. La philosophie est l’exercice consistant à vivre pleinement le présent de la vie de façon à chasser le vide du retour sur le passé ou de l’attente irraisonnée du futur.

II. Intérêt philosophique

a) Vivre dans l'instant présent pour avoir la vie éternelle

L’intérêt philosophique de ce texte est, comme le dit si bien Horace, de nous inviter à savourer l’instant présent (carpe diem), en étant le moins curieux de l’avenir (quam minimum credula postero) et anxieux du passé. En ne faisant pas de l’homme un prisonnier du temps, Epicure s’oppose à toute la tradition grecque qui fait du temps une fatalité. Dans la mythologie, que les hommes cherchent ou non à agir contre leur destin, ce sont les actes mêmes des hommes qui précipitent la réalisation de ce destin lui-même. Spinoza, dans la lignée d’Epicure, soutiendra que si l’on entend par éternité non une durée infinie mais l’intemporalité, alors celui qui vit dans le présent a la vie éternelle. En effet dans la mesure où le temps ne nous prend ni l’avenir (qui n’est pas) ni le passé (qui n’est plus) et ne peut nous prendre le présent (qui est tout), nous sommes éternels.

b)... et devenir maître de son existence

Refusant tout déterminisme, la philosophie d’Epicure donne beaucoup d’importance aux thèmes du libre arbitre et de la responsabilité. Ainsi c’est la maîtrise raisonnée de nos regrets concernant le passé, et de nos craintes concernant l’avenir qui est source de bonheur. D’une manière plus générale, chez Epicure, c’est la maîtrise raisonnée de nos désirs, l’élimination raisonnée de nos craintes et la conscience réfléchie d’être en conséquence libre, qui nous élève. Loin d’abdiquer devant le destin comme le préconisent les stoïciens ou de se détourner de son corps comme le souhaitent les platoniciens, le sage épicurien a la maîtrise rationnelle de lui-même. Cette leçon retiendra l’attention des philosophes modernes.