Rousseau, Fragments Politiques - V : De l'honneur et de la vertu : L'amour des distinctions

Aide organisé par sujet. Retrouvez-y votre sujet (ou créez-le ici) pour y partager vos idées, plans et auteurs à évoquer et obtenir un retour gratuit là-dessus.
Règles du forum
Veuillez privilégier les réponses aux sujets existants. Si vous ne trouvez pas votre sujet, créez-le depuis cette page.
Répondre
Avatar du membre
admin
Administrateur du site
Messages : 4263
Enregistré le : mer. 19 janv. 2011 18:07
Localisation : Paris
Contact :

Rousseau, Fragments Politiques - V : De l'honneur et de la vertu : L'amour des distinctions

Message par admin » dim. 21 sept. 2014 22:41

Forum d'aide pour le commentaire du texte : Rousseau, Fragments Politiques - V : De l'honneur et de la vertu : L'amour des distinctions
C'est une des singularités du cœur humain que maigre le penchant qu'ont tous les hommes à juger favorablement d'eux-mêmes, il y a des points sur lesquels ils s'estiment encore plus méprisables qu'ils ne le sont en effet. Tel est l'intérêt qu'ils regardent comme leur passion dominante, quoiqu'ils en aient une autre plus forte, plus générale, et plus facile à rectifier, qui ne se sert de l'intérêt que comme d'un moyen pour se satisfaire; c'est l'amour des distinctions. On fait tout pour s'enrichir, mais c'est pour être considéré qu'on veut être riche. Cela se prouve en ce qu'au lieu de se borner à cette médiocrité qui constitue le bien-être chacun veut parvenir à ce degré de richesse qui fixe tous les yeux, mais qui augmente les soins et les peines et devient presque aussi à charge que la pauvreté même. Cela se prouve encore par l'usage ridicule que les riches font de leurs biens. Ce ne sont point eux qui jouissent de leurs profusions et elles ne sont faites que pour attirer les regards et l'admiration des autres. Il est assez évident que le désir de se distinguer est la seule source du luxe de magnificence, car quant à celui de mollesse il n'y a qu'un bien petit nombre de voluptueux qui sachent le goûter et lui laisser la douceur et toute la simplicité dont il est susceptible. C'est donc ainsi qu'on voit par le même principe toutes les familles travailler sans cesse à s'enrichir et à se ruiner alternativement. C'est Sisyphe qui sue sang et eau pour porter au sommet d'une montagne le rocher qu'il va faire rouler le moment d'après.

Rousseau, Fragments Politiques - V : De l'honneur et de la vertu
Publiez vos idées, plans ou auteurs que vous pensez utiliser en cliquant sur "répondre" ci-dessous et obtenez gratuitement un retour là-dessus.

Vous possédez une copie d'élève/un corrigé pour ce sujet ? Rajoutez-le !
Modifié en dernier par admin le ven. 15 déc. 2017 09:48, modifié 4 fois.
Raison : Modification du sujet
Merci de prendre connaissance de cette page pour optimiser vos chances d'obtenir de l'aide sur les forums.

stoa42

Re: Rousseau, Fragments Politiques : L'amour des distinctions

Message par stoa42 » ven. 15 déc. 2017 07:35

quelle est la thèse de ce texte ?

Avatar du membre
admin
Administrateur du site
Messages : 4263
Enregistré le : mer. 19 janv. 2011 18:07
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rousseau, Fragments Politiques : L'amour des distinctions

Message par admin » ven. 15 déc. 2017 09:45

Bonjour,
le passage qui indique la thèse du texte est ici :
. Tel est l'intérêt qu'ils regardent comme leur passion dominante, quoiqu'ils en aient une autre plus forte, [...']; c'est l'amour des distinctions. On fait tout pour s'enrichir, mais c'est pour être considéré qu'on veut être riche. Cela se prouve en ce qu'au lieu de se borner à cette médiocrité qui constitue le bien-être chacun veut parvenir à ce degré de richesse qui fixe tous les yeux, mais qui augmente les soins et les peines et devient presque aussi à charge que la pauvreté même.
Pouvez-vous dès lors formuler par vos propres mots la thèse du texte ?
Merci de prendre connaissance de cette page pour optimiser vos chances d'obtenir de l'aide sur les forums.

Répondre