Descartes, Principes de la philosophie : «C'est proprement les yeux fermés sans tâcher jamais de les ouvrir, que de vivr

Aide organisé par sujet. Retrouvez-y votre sujet (ou créez-le ici) pour y partager vos idées, plans et auteurs à évoquer et obtenir un retour gratuit là-dessus.
Règles du forum
Veuillez privilégier les réponses aux sujets existants. Si vous ne trouvez pas votre sujet, créez-le depuis cette page.
Répondre
Avatar du membre
admin
Administrateur du site
Messages : 4260
Enregistré le : mer. 19 janv. 2011 18:07

Descartes, Principes de la philosophie : «C'est proprement les yeux fermés sans tâcher jamais de les ouvrir, que de vivr

Message par admin » mar. 27 juin 2017 11:19

Forum d'aide pour le commentaire du texte : Descartes, Principes de la philosophie : «C'est proprement les yeux fermés sans tâcher jamais de les ouvrir, que de vivre sans philosopher»
J'aurais voulu premièrement y expliquer ce que c'est que la philosophie, en commençant par les choses les plus vulgaires, comme sont que ce mot de philosophie signifie l'étude de la sagesse, et que parla sagesse on n’entend pas seulement la prudence dans les affaires, mais une parfaite connaissance de toutes les choses que l'homme peut savoir tant pour la conduite de sa vie que pour la conservation de sa santé et l’invention de tous les arts ; et qu’afin que cette connaissance soit telle, il est nécessaire qu’elle soit déduite des premières causes, en sorte que pour étudier à l'acquérir, ce qui se nomme proprement philosopher, il faut commencer par la recherche de ces premières causes, c'est-à-dire des principes; et que ces principes doivent avoir deux conditions : l'une, qu'ils soient si clairs et si évidents que l'esprit humain ne puisse douter de leur vérité, lorsqu'il s'applique avec attention à les considérer; l'autre, que ce soit d'eux que dépende la connaissance des autres choses, en sorte qu'ils puissent être connus sans elles, mais non pas réciproquement elles sans eux; et qu'après cela il faut tâcher de déduire tellement de ces principes la connaissance des choses qui en dépendent, qu'il n'y ait rien dans la suite des déductions qu'on en fait qui ne soit très manifeste. (... )
J'aurais ensuite fait considérer l'utilité de cette philosophie, et montré que, puisqu'elle s'étend à tout ce que l'esprit humain peut savoir, on doit croire que c'est elle seule qui nous distingue des plus sauvages et barbares, et que chaque nation est d'autant plus civilisée et polie que les hommes y philosophent mieux; et ainsi que c'est le plus grand bien qui puisse être dans un État que d'avoir de vrais philosophes. Et outre cela que, pour chaque homme en particulier, il n'est pas seulement utile de vivre avec ceux qui s'appliquent à cette étude, mais qu'il est incomparablement meilleur de s'y appliquer soi-même; comme sans doute il vaut beaucoup mieux se servir de ses propres yeux pour se conduire, et jouir par même moyen de la beauté des couleurs et de la lumière, que non pas de les avoir fermés et suivre la conduite d'un autre; mais ce dernier est encore meilleur que les tenir fermés et n'avoir que soi pour se conduire. Or, c'est proprement les yeux fermés sans tâcher jamais de les ouvrir, que de vivre sans philosopher; et le plaisir de voir toutes les choses que notre vue découvre n'est point comparable à la satisfaction que donne la connaissance celles qu'on trouve par la philosophie; et, enfin, cette étude est plus nécessaire pour régler nos mœurs et nous conduire en cette vie, que n'est l’usage de nos yeux pour guider nos pas. Les bêtes brutes, qui n'ont que leur corps à conserver, s'occupent continuellement à chercher de quoi le nourrir; mais les hommes, dont la principale partie est l'esprit, devraient employer leurs principaux soins à la recherche de la sagesse, qui en est la vraie nourriture..

Descartes, Principes de la philosophie
Publiez vos idées, plans ou auteurs que vous pensez utiliser en cliquant sur "répondre" ci-dessous et obtenez gratuitement un retour là-dessus.

Consultez le corrigé professeur disponible pour ce sujet.
Modifié en dernier par admin le lun. 6 nov. 2017 16:51, modifié 3 fois.
Raison : Modification du sujet
Merci de prendre connaissance de cette page pour optimiser vos chances d'obtenir de l'aide sur les forums.

Riri Dingui

Re: Descartes, Principes de la philosophie : La philosophie et son utilité

Message par Riri Dingui » ven. 3 nov. 2017 11:19

Bonjour.Mon problème se situe au niveau de la thèse et l'antithèse.Je voudrais savoir où elles se situent?Merci j attend vos differentes reponses.

Avatar du membre
admin
Administrateur du site
Messages : 4260
Enregistré le : mer. 19 janv. 2011 18:07

Re: Descartes, Principes de la philosophie : La philosophie et son utilité

Message par admin » lun. 6 nov. 2017 16:49

Bonjour,
le texte contient deux paragraphes, avec chacun une thèse :
- le premier sur ce qu'est la véritable connaissance philosophique :
cette connaissance soit telle, il est nécessaire qu’elle soit déduite des premières causes, en sorte que pour étudier à l'acquérir, ce qui se nomme proprement philosopher, il faut commencer par la recherche de ces premières causes, c'est-à-dire des principes;
- la deuxième c'est sur la nécessité de vivre sa vie de manière philosophique
c'est proprement les yeux fermés sans tâcher jamais de les ouvrir, que de vivre sans philosopher
Le reste du texte explique ces deux thèses. L'antithèse en étant simplement la thèse inverse. Cela vous parait-il plus clair ?
Merci de prendre connaissance de cette page pour optimiser vos chances d'obtenir de l'aide sur les forums.

Répondre