Le recours à l'inconscient autorise-t-il l'alibi de l'inconscience ?

Aide organisé par sujet. Retrouvez-y votre sujet (ou créez-le ici) pour y partager vos idées, plans et auteurs à évoquer et obtenir un retour gratuit là-dessus.
Règles du forum
Veuillez privilégier les réponses aux sujets existants. Si vous ne trouvez pas votre sujet, créez-le depuis cette page.
Répondre
Avatar du membre
admin
Administrateur du site
Messages : 4158
Enregistré le : mer. 19 janv. 2011 18:07

Le recours à l'inconscient autorise-t-il l'alibi de l'inconscience ?

Message par admin » dim. 21 sept. 2014 22:40

Forum d'aide pour le sujet de dissertation : Le recours à l'inconscient autorise-t-il l'alibi de l'inconscience ?

Publiez vos idées, plans ou auteurs que vous pensez utiliser en cliquant sur "répondre" ci-dessous et obtenez gratuitement un retour là-dessus.

Vous possédez une copie d'élève/un corrigé pour ce sujet ? Rajoutez-le !
Modifié en dernier par admin le ven. 25 août 2017 19:02, modifié 2 fois.
Raison : Modification du sujet
Merci de prendre connaissance de cette page pour optimiser vos chances d'obtenir de l'aide sur les forums.

Jojo
Elève
Messages : 1
Enregistré le : jeu. 28 avr. 2011 21:00

Re: Le recours à l'inconscient autorise-t-il l'alibi de l'inconscience ?

Message par Jojo » dim. 27 août 2017 00:45

Mon plan fait en classe (j'ai obtenu 18/20)

I. Certains font valoir que la notion d'inconscient n'explique ni de justifie rien.

a - La notion d'inconscient déterminant (Freud)
b - Cette notion amène a penser le moi avec contradictions ("Il y a en moi des mois qui ne sont pas moi" Sartre)
c - Cette notion n'explique rien (Popper)
d - Cette notion est dangereuse pour l'idée de libre-arbitre (Alain)
e - Il y par ailleurs d'autres causes possibles à l'inconscience (défaillance des forces physiques notamment)

II. Freud fait en revanche valoir la légitimité du recours à la notion d'inconscient pour expliquer et soigner

a - "Le moi n'est pas maître dans sa propre maison"
b - La légitimité théorique de l'inconscient: l'explication de phénomènes obscurs (lapsus, névroses, rêves...)
c - La légitimité thérapeutique de la notion d'inconscient

III. Si l'usage explicatif de la notion d'inconscient paraît légitime, son usage justificatif l'est-il pour autant ?

a - Les usages illégitimes sont motivés par la fraude, l'ignorance ou la superstition
b - La psychanalyse, parce qu'elle met en évidence une cause possible en nous d'aliénation, n'en est pas pourtant une théorie aliénante.
c - Usage justificatif intéressant quand il s'agit de d'évaluer le degré d'implication et de responsabilité

Répondre