Beaumarchais, Le mariage de Figaro - Acte II, scène 2

Aide organisé par sujet. Retrouvez-y votre texte (ou créez-le) pour y partager vos idées, plans et auteurs à évoquer et obtenir un retour gratuit là-dessus.
Règles du forum
Veuillez privilégier les réponses aux sujets existants. Si vous ne trouvez pas votre sujet, créez-le depuis cette page.
Répondre
Avatar du membre
admin
Administrateur du site
Messages : 4276
Enregistré le : mer. 19 janv. 2011 18:07
Localisation : Paris
Contact :

Beaumarchais, Le mariage de Figaro - Acte II, scène 2

Message par admin » ven. 5 janv. 2018 16:11

Forum d'aide pour le commentaire du texte : Beaumarchais, Le mariage de Figaro - Acte II, scène 2
FIGARO, SUZANNE, LA COMTESSE, assise.


SUZANNE.

Mon cher ami, viens donc ! Madame est dans une impatience !…

FIGARO.

Et toi, ma petite Suzanne ? — Madame n’en doit prendre aucune. Au fait, de quoi s’agit-il ? d’une misère. Monsieur le comte trouve notre jeune femme aimable, il voudrait en faire sa maîtresse ; et c’est bien naturel.

SUZANNE.

Naturel ?

FIGARO.

Puis il m’a nommé courrier de dépêches, et Suzon conseiller d’ambassade. Il n’y a pas là d’étourderie.

SUZANNE.

Tu finiras ?

FIGARO.

Et parce que ma Suzanne, ma fiancée, n’accepte pas le diplôme, il va favoriser les vues de Marceline : quoi de plus simple encore ? Se venger de ceux qui nuisent à nos projets en renversant les leurs, c’est ce que chacun fait, c’est ce que nous allons faire nous-mêmes. Eh bien, voilà tout, pourtant.

LA COMTESSE.

Pouvez-vous, Figaro, traiter si légèrement un dessein qui nous coûte à tous le bonheur ?

FIGARO.

Qui dit cela, madame ?

SUZANNE.

Au lieu de t’affliger de nos chagrins…

FIGARO.

N’est-ce pas assez que je m’en occupe ? Or, pour agir aussi méthodiquement que lui, tempérons d’abord son ardeur de nos possessions, en l’inquiétant sur les siennes.

LA COMTESSE.

C’est bien dit ; mais comment ?

FIGARO.

C’est déjà fait, madame ; un faux avis donné sur vous…

LA COMTESSE.

Sur moi ? la tête vous tourne !

FIGARO.

Oh ! c’est à lui qu’elle doit tourner.

LA COMTESSE.

Un homme aussi jaloux !…

FIGARO.

Tant mieux ! pour tirer parti des gens de ce caractère, il ne faut qu’un peu leur fouetter le sang : c’est ce que les femmes entendent si bien ! Puis, les tient-on fâchés tout rouge, avec un brin d’intrigue on les mène où l’on veut, par le nez, dans le Guadalquivir. Je vous ai fait rendre à Basile un billet inconnu, lequel avertit monseigneur qu’un galant doit chercher à vous voir aujourd’hui pendant le bal.

LA COMTESSE.

Et vous vous jouez ainsi de la vérité sur le compte d’une femme d’honneur !…

FIGARO.

Il y en a peu, madame, avec qui je l’eusse osé, crainte de rencontrer juste.

LA COMTESSE.

Il faudra que je l’en remercie !

FIGARO.

Mais dites-moi s’il n’est pas charmant de lui avoir taillé ses morceaux de la journée, de façon qu’il passe à rôder, à jurer après sa dame, le temps qu’il destinait à se complaire avec la nôtre ! Il est déjà tout dérouté : galopera-t-il celle-ci ? surveillera-t-il celle-là ? Dans son trouble d’esprit, tenez, tenez, le voilà qui court la plaine, et force un lièvre qui n’en peut mais. L’heure du mariage arrive en poste ; il n’aura pas pris de parti contre, et jamais il n’osera s’y opposer devant madame.

SUZANNE.

Non ; mais Marceline, le bel esprit, osera le faire, elle.

FIGARO.

Brrrr. Cela m’inquiète bien, ma foi ! Tu feras dire à monseigneur que tu te rendras sur la brune au jardin.

SUZANNE.

Tu comptes sur celui-là ?

FIGARO.

Oh ! dame, écoutez donc ; les gens qui ne veulent rien faire de rien n’avancent rien, et ne sont bons à rien. Voilà mon mot.

SUZANNE.

Il est joli !

LA COMTESSE.

Comme son idée : vous consentiriez qu’elle s’y rendît ?

FIGARO.

Point du tout. Je fais endosser un habit de Suzanne à quelqu’un : surpris par nous au rendez-vous, le comte pourra-t-il s’en dédire ?

SUZANNE.

À qui mes habits ?

FIGARO.

Chérubin.

LA COMTESSE.

Il est parti.

FIGARO.

Non pas pour moi ; veut-on me laisser faire ?

SUZANNE.

On peut s’en fier à lui pour mener une intrigue.

FIGARO.

Deux, trois, quatre à la fois ; bien embrouillées, qui se croisent. J’étais né pour être courtisan.

SUZANNE.

On dit que c’est un métier si difficile !

FIGARO.

Recevoir, prendre, et demander : voilà le secret en trois mots.

LA COMTESSE.

Il a tant d’assurance qu’il finit par m’en inspirer.

FIGARO.

C’est mon dessein.

SUZANNE.

Tu disais donc…

FIGARO.

Que, pendant l’absence de monseigneur, je vais vous envoyer le Chérubin : coiffez-le, habillez-le ; je le renferme et l’endoctrine ; et puis dansez, monseigneur.

Beaumarchais, Le mariage de Figaro - Acte II, scène 2
Publiez vos idées, plans que vous pensez utiliser en cliquant sur "répondre" ci-dessous et obtenez gratuitement un retour là-dessus.

Consultez le commentaire d'élève disponible pour ce sujet.
Merci de prendre connaissance de cette page pour optimiser vos chances d'obtenir de l'aide sur les forums.

Répondre